Transhumances

Juste la fin du monde, film

Près du volcan de la Fournaise, La Réunion

Le fils de Jean, film

Moonlight, film

De sas en sas, film

My sweet pepper land, film

Les derniers Parisiens, film

Musée Dom Robert à Sorèze (Tarn)

L autre côté de l espoir, film

Les enfants du terril, film documentaire

La bête curieuse, téléfilm

Le trou, film

Corporate, film

Sage Femme, film

Frantz, film

Orpheline, film

Je ne suis pas votre nègre, film documentaire

Ce qui nous lie

« Ce qui nous lie », film de Cédric Klapisch, raconte les péripéties, les tensions et les émotions d’un changement de génération dans une famille de viticulteurs en Bourgogne.

Ayant appris que son père était mourant, Jean (Pio Marmaï) revient dans le domaine familial. Il y retrouve sa sœur Juliette (Ana Girardot), qui a pris la direction de l’exploitation, et son frère Jérémy (François Civil), qui travaille aux côtés de son beau-père, Anselme (Jean-Marie Winling), lui aussi propriétaire de vignes.

La pensée extrême

Dans « La pensée extrême, comment des hommes ordinaires deviennent des fanatiques » (PUF 2016), Gérald Bronner s’attache à comprendre les mécanismes cognitifs qui conduisent au fanatisme, de manière à pouvoir les démonter.

 Il est courant de considérer que les extrémistes (par exemple les fanatiques religieux pratiquant le terrorisme) sont des êtres primitifs, irrationnels et dénués de culture. Or, souligne Bronner, c’est bien souvent l’inverse : ils ont fréquemment un niveau universitaire, sont bien intégrés socialement et exercent un métier qualifié. Comment, dès lors peuvent-il dériver vers l’extrémisme ?

L’amant d’un jour

« L’amant d’un jour », film de Philippe Garrel, a suscité des critiques contrastées.

Gilles (Éric Caravaca) est professeur de philosophie à l’Université. Il s’est laissé séduire par l’une de ses étudiantes, Ariane (Louise Chevillotte), qui a emménagé chez lui, dans son appartement étriqué du dix-neuvième arrondissement de Paris.