Transhumances

Le chat, film

Le sens de la fête, film

La fondation Bemberg à Toulouse

Le Ballet Prejlocaj à la prison des Baumettes

L\\\'île de Sakhaline, récit de Tchekhov

The Wizard of lies, film

Ombline, film

Une femme au soleil, Ballet de Perrine Walli

Le Cirque de Salazie à l\\\'Île de La Réunion

Eté 93, film

Jacques Sarrand, 1924 - 2017

Hommage à Johnny Hallyday

La Villa, film

Le Brio, film

12 jours, film

La promesse de l\\\'aube, film

Exposition le Pérou avant les Incas

La tête perdue de Damasceno Monteiro

Dans « la tête perdue de Damasceno Monteiro », Antonio Tabucchi raconte le combat d’un journaliste de tabloïde et d’un avocat hors norme pour faire éclater la vérité sur un meurtre commis à Porto.

« Le voyageur partant pour le Portugal, à la découverte de Lisbonne et de Porto serait bien avisé de glisser ces bouquins dans ses bagages », écrit le blog « Diacritiques ». Ces bouquins, ce sont deux livres de l’Italien du Portugal Antonio Tabucchi : « Pereira soutient », dont « Transhumances » a rendu compte ; « la tête perdue de Damasceno Monteiro ». Me préparant à séjourner quelques jours au Portugal, j’ai suivi ce conseil.

Pentagon Papers

Pentagon Papers, film de Steven Spielberg avec Meryl Streep et Tom Hanks dans les rôles principaux, narre un événement marquant pour la liberté de la presse aux États-Unis.

En 1971, l’Amérique est engluée depuis des années dans la guerre du Vietnam. Le Secrétaire d’État Robert Mc Namara continue, face aux micros et aux caméras, à affirmer que la situation évolue favorablement. En privé, il avoue qu’il croit le contraire. Pour l’histoire, il fait réaliser un rapport qui montre comment, du président Truman au président Nixon, la croyance aveugle en des préjugés idéologiques (la théorie des dominos) et l’impossibilité de reconnaître ses erreurs a conduit à un gigantesque fiasco.

Intra-Muros

Intra-muros, pièce d’Alexis Michalik, a pour scène la salle de spectacles d’une prison.

Au premier degré, la pièce raconte un événement qui se répète fréquemment en prison, dans ce cas la maison centrale de Nevers, qui enferme des condamnés à de longues peines. Un metteur en scène, Richard (Paul Jeanson) obtient un contrat dans le cadre de la programmation culturelle de l’établissement. Il s’agit de réaliser une pièce dont des détenus seront les acteurs.