Monthly Archives: juillet 2021

À Zarzis, le jardin d’Afrique

À Zarzis, dans le sud-est de la Tunisie, l’artiste algérien Rachid Koraïchi a financé et réalisé un cimetière pour inhumer dignement les migrants dont le corps s’est échoué sur la côte. Il lui a donné le nom de « Jardin d’Afrique ».

Ce cimetière couvre plus de 2 500 m² et abrite 600 tombes, dont 200 sont déjà occupées. La plupart des personnes enterrées ici sont identifiées par le lieu de la découverte de leur corps, et des objets retrouvés sur telles : « Femme robe noire, plage Hachani », « Homme tricot noir, plage Hôtel des 4 Saisons ».

La fine fleur

« La fine fleur », film de Pierre Pinaud avec Catherine Frot dans le rôle principal, raconte la rédemption d’une cheffe d’entreprise menacée de faillite et de trois blessés de la vie en contrat d’insertion.

 Ève (Catherine Frot) a hérité de l’entreprise de production de roses créée par son père, décédé il y a quinze ans. L’entreprise périclite. Tous les salariés ont été licenciés, sauf la secrétaire, Véra (Olivia Côte).

Pédagogie de l’opprimé

 Dans « pédagogie de l’opprimé » (Pedagogia do oprimido, 1968), Paulo Freire (1921-1997) exprime sa conception de la pédagogie comme instrument de libération : « personne n’éduque personne, personne ne s’éduque soi-même, les hommes s’éduquent entre eux, par la médiation du monde ».

 J’ai ressenti le besoin de lire l’œuvre-clé de Paulo Freire après avoir refermé le témoignage de « Cannelle et Piment ». Il explique comment un groupe de femmes de Vaulx en Velin, inspiré par le pédagogue brésilien, ont pris leur destin en main et sont devenues ensemble traiteurs en mets exotiques.