Category Archives: Blogroll

40.000 pages de « transhumances »

Le blog « transhumances » vient de dépasser 40.000 pages lues et 800 articles. Il fêtera dans un mois son troisième anniversaire.

 « Transhumances » reste fidèle a son projet d’origine qui pourrait se résumer en « n’importe quoi », au fil de mes rencontres et de mes étonnements. On y trouve 116 relations de voyages, 100 notes de lecture, 98 critiques de film et 65 de théâtre, mais pas seulement. Je m’efforce de mettre sur le papier, jour après jour, ce qui me touche. J’aime la Grande Bretagne, pays dans lequel je vis depuis cinq ans ; je m’efforce de rendre palpables, pour un lecteur francophone, les événements et les enjeux qui passionnent mes amis Britanniques.

 Je vais quitter Watford pour Bordeaux en octobre et la vie professionnelle pour une retraite toute à inventer. « Transhumances », et d’abord ses lecteurs, y joueront un rôle de premier plan.

Photo « transhumances »

25.000 pages de Transhumances

En ce début d’années, le compteur de « transhumances » marque plus de 25.000 pages visitées et près de 700 articles consultables.

 Lancé en septembre 2009, le blog « transhumances » reste fidèle à son projet d’origine : mettre à disposition de tous ceux qu’elles peuvent intéresser les chroniques que j’écris au fil des jours sur mes rencontres, lectures, voyages ainsi que sur des films, spectacles, concerts ou expositions. J’avais commencé à écrire des chroniques il y a une dizaine d’années pour rendre ma vie plus dense et ralentir le cours du temps. Le fait de les publier maintenant sur la Toile en change incontestablement le style : elles sont plus retenues, filtrées et pudiques que ce que j’écrivais pour moi-même et un cercle restreint ; elles sont aussi plus travaillées dans le souci d’être intelligibles pour les personnes qui ne connaissent pas mon histoire.

 Mais le choix des sujets reste personnel : je n’écris pas en pensant à l’écho qu’un article aura auprès des lecteurs. Le programme de « transhumances » s’écrit au fil des jours en fonction de ce qui attire mon attention. Vivant en Grande Bretagne, beaucoup des thèmes abordés touchent ce pays. En un sens, cela limite l’intérêt du blog pour son public français ; d’un autre côté, « transhumances » met à la disposition de lecteurs dans le monde entier une information spécifique sur la vie au Royaume Uni observée par un témoin extérieur et bienveillant.

 Les préférences des lecteurs sont variées : depuis un mois, les articles les plus souvent consultés sont ma note de lecture du thriller financier de Jérôme Cazes, « 555 jeudi rouge » (décembre 2011), une chronique d’avril 2011 inspirée par un article du Monde sur la Turquie comme puissance économique, mes critiques du livre et du film « la clé de Sarah » (septembre 2009 et octobre 2011) et un article sur le mouvement des indignés en Grande Bretagne (Guy  Fawkes est de retour, novembre 2011).

 La fréquentation du blog se situe actuellement à environ 40 pages visitées par jour. Elle est irrégulière mais s’accroit lentement de trimestre en trimestre. Les lecteurs sont en majorité des personnes qui découvrent « transhumances » au hasard d’une requête sur un moteur de recherche ; d’autres sont des fidèles, qui me connaissent en personne ou ont pris goût à ce blog très personnel au point de le mettre parmi les « favoris » de leur navigateur.

 Merci chers lecteurs pour vos visites ponctuelles ou répétées. Sachez que vos commentaires sont toujours appréciés !

 Photo « transhumances » : troupeau dans le Lake District, Angleterre.

Les dinosaures pratiquaient la transhumance

« Comme les moutons, les dinosaures pratiquaient la transhumance », nous dit Le Monde dans son édition du 26 octobre.

 Le blog « transhumances » se doit de saluer cette information du quotidien qui l’héberge. La revue Nature décrit les travaux de chercheurs américains qui ont examiné des dents de Camarausus, un dinosaure végétarien qui vivait il y a environ 150 millions d’années dans les montagnes de l’Ouest américain. Ils ont prouvé qu’il s’abreuvait selon les saisons, à des rivières situées en plaine ou en altitude. Comme les moutons, ces animaux gigantesques pouvaient parcourir 300km pour échapper à la sécheresse estivale et trouver des pâturages capables de satisfaire leur phénoménal appétit.

 Somme toute, « transhumances » mérite bien son nom. Le blog offre à ses lecteurs un changement d’air bienvenu en ces temps de sécheresse économique et les invite à satisfaire leur curiosité sur de nouveaux pâturages.

 Illustration du Natural History Museum, Londres.