Category Archives: Santé

Covid-19

Est-il utile d’ajouter quelques lignes au torrent de commentaires et de témoignages qui accompagnent la crise du Covid-19 ? « Transhumances » ne peut rester sur son Aventin. Voici donc quelques réflexions personnelles.

J’ai pris tardivement la mesure de la gravité de la menace. Jusqu’à l’entrée en stade 3 de la lutte contre l’épidémie, je pensais qu’une haute priorité devait être accordée au maintien du lien avec les plus fragiles. Le sentiment de faire partie d’une communauté rend les personnes plus fortes, plus résistantes à la maladie. Priver de visite les pensionnaires d’un Ehpad, par exemple, me semblait déraisonnable puisque le port de masques et l’usage de désinfectant limitait les risques.

La Peste

La Peste, roman d’Albert Camus (1947), est un grand succès de librairie en France et en Italie par ces temps de pandémie de coronavirus.

La ville d’Oran, peuplée de deux cent mille habitants, rythmée alors par le clocher de la cathédrale et animée par les restaurants espagnols, assiste à un spectacle insolite : des milliers de rats viennent crever dans les maisons et dans les rues. Bientôt, un concierge meurt et, comme l’écrit Camus avec une ironie cruelle, « d’autres parmi nos concitoyens, qui n’étaient pas toujours concierges ni pauvres, durent suivre la route sur laquelle M. Michel s’était engagé le premier. » Il faut bien mettre un nom sur le phénomène : la peste. La ville toute entière est coupée du monde et mise en quarantaine.

Rain man

Arte TV a récemment diffusé le film « Rain man » de Barry Levinson (1989), avec Dustin Hoffman et Tom Cruise dans les rôles principaux.

Charlie Babbitt (Tom Cruise) est un homme d’affaires ambitieux, mais pris à la gorge par ses créanciers. Lorsque son père meurt, il espère que l’héritage lui permettra d’éponger ses dettes et de rétablir la situation. Hélas ! Le notaire lui apprend que les 3 millions de dollars laissés par celui-ci iront à l’association qui héberge son frère. Problème : Charlie, brouillé avec son père depuis des années, ignorait jusqu’à l’existence de ce Raymond.