Category Archives: Science

Le Cerveau d’Hugo

France 3 a récemment diffusé un magnifique docu-fiction sur l’autisme réalisé par Sophie Révil en 2012 : « le cerveau d’Hugo ».

Les sujets du film sont des personnes atteintes du syndrome d’Asperger, ou autisme de haut niveau. Elles ont une intelligence normale ou supérieure à la moyenne mais souffrent de graves troubles de la communication et de la socialisation.

Le Royal College of Surgeons

 

Armoiries du Royal College of Surgeons, 1822

Le Collège Royal des Chirurgiens (Royal College of Surgeons) joue un rôle important dans la formation initiale et permanente des chirurgiens en Angleterre.

 La visite est organisée pour les membres de la section britannique de l’Ordre National du Mérite à l’invitation d’Adrian Marton, ancien vice président du College. Adrian nous parle de son histoire. Pendant longtemps, barbiers et chirurgiens, deux métiers autorisés à faire couler le sang, ont fait cause commune : c’est une compagnie des barbiers – chirurgiens que le roi Henri VIII reconnait en 1540. Les chirurgiens ne se séparent des barbiers qu’en 1745. Ils sont alors installés dans la City près de la Cour de Justice et sont autorisés à autopsier les corps des condamnés pendus haut et court.

 Les chirurgiens s’installent à la fin du dix-huitième siècle à leur adresse actuelle, en bordure du square de Lincolns Inn Fields, près d’Holborn. Leur bâtiment abrite l’immense collection anatomique amassée par le chirurgien John Hunter (1728 – 1793). Une partie de cette collection a été détruite par un bombardement en 1941, qui a nécessité la reconstruction d’une grande partie du bâtiment. Ce qui en reste a été conservé dans un musée, le Hunterian Museum, qui a été réaménagé dans le College selon les canons de la muséologie moderne il y a quelques années. La visite du musée est recommandée aux étudiants en médecine. Mais de la visite de la salle des bocaux, où sont exposés sous formol des centaines d’échantillons d’organes humains et animaux,  se déprend une insolite beauté. J’ai repensé à une récente émission de France Inter pendant laquelle une fille de Theodorakis, artiste peintre, racontait que Louise Bourgeois lui avait demandé de s’inspirer des collections du musée d’histoire naturelle et de lui rapporter ses trouvailles.

 Le clou de la visite est la rencontre avec la responsable du centre de formation, Trisha Brown. Elle nous parle d’une manière passionnée des programmes organisés par le College et nous fait pénétrer dans le « théâtre d’opération », une salle simulant un bloc opératoire avec tous ses équipements. Deux côtés de la salle sont vitrés : dans une salle annexe, un formateur simule des événements cliniques sur un mannequin allongé sur la table d’opération : brutale perte de tension, hémorragie, etc. Dans l’autre peuvent prendre place des observateurs. Le théâtre d’opération est utilisé pour former des équipes de chirurgiens et d’infirmières pour des interventions d’urgence. Il est souvent utilisé par des équipes médicales de l’armée britannique en Afghanistan.

 La bibliothèque du College est organisée par organes, de la tête aux pieds. Nous sommes dans le monde de l’anatomie classique. Lorsque je demande à Trisha si le College s’occupe de nano technologies, elle me répond que ce n’est pas dans le domaine d’intervention du College. Pas encore.

L’année Alan Turing

 

Alan Turing

 

On célèbre cette année le centième anniversaire de la naissance du mathématicien Alan Turing (1912 – 1954).

 « Transhumances » a consacré deux articles, en septembre 2009, à Alan Turing. Pendant la seconde guerre mondiale, il fut à Bletchley Park (près de Milton Keynes) à la tête d’une équipe de mathématiciens dont la fonction était de déchiffrer les codes de l’armée allemande. Il fit en particulier construire une machine électromagnétique appelée «  Bombe » capable de simuler des millions de combinaisons en un temps court, d’éliminer les contradictions et de filtrer celles qu’il fallait étudier de plus près. On dit que les équipes de Bletchley, Turing en particulier, ont précipité de plusieurs mois la défaite d’Hitler. La « Bombe » fut aussi un précurseur des ordinateurs que, juste après la guerre, Turing s’employa à développer à Richmond puis à Manchester. Il se passionna pour l’intelligence artificielle. Les deux dernières années de sa vie, il se spécialisa en biologie mathématique, identifiant des schémas numériques rigoureux dans la structure des plantes.

 En 1952, il fut inculpé pour homosexualité et, entre la prison et la castration chimique, il choisit cette dernière. Exclu de tout travail lié à la Défense, montré du doigt, il se suicida en mangeant une pomme chargée de cyanure.

 En septembre 2009, le Premier Ministre Gordon Brown rendit hommage à Turing en ces termes : « au nom du Gouvernement Britannique et de tous ceux qui vivent libres grâce au travail d’Alan, je suis fier de dire : « nous sommes désolés, vous méritiez tellement mieux ».

 De multiples événements sont organisés en cette « année Alan Turing », en Grande Bretagne et dans le monde.

Plaque à la mémoire d'Alan Turing à Wimslow