L’art de la caricature

101102_steve_bell_camedron_jan10.1288910551.jpg

Le caricaturiste Steve Bell s’explique dans The Guardian du 2 novembre sur les raisons qui l’ont poussé à transformer le Premier Ministre David Cameron en préservatif, ballon de baudruche, méduse ou saucisse.

Lors d’un marathon électoral, pendant la campagne législative de 2010, David Cameron s’adresse à Steve Bell, l’un des caricaturistes du Guardian : « pourquoi le préservatif ? ». Il est vrai qu’il est le plus souvent représenté la tête entièrement revêtue d’un préservatif.

En caricature, dit Steve Bell, la première impression est la bonne, et c’est pourquoi il faut s’empresser de la fixer. Ce qui l’a frappé d’emblée chez David Cameron, c’est le caractère lisse du personnage ; c’est aussi sa plausibilité, un trait rare chez les hommes politiques, mais qui s’efface derrière ce mot qui s’impose : lisse !

« Sa rondeur bien rembourrée de classe aisée et ses grands yeux larmoyants ramenaient de plus en plus à son teint de fesse de bébé. Son aspect lisse sembla bientôt prendre une qualité d’un autre monde, une sorte d’onctuosité androgyne qui accompagna la transformation de celui qu’on désignait autrefois comme le « Parti Méchant » en Parti du Soleil Levant, du Printemps et du Nuage Moutonneux.

(…) Je savais, après l’avoir observé de près, qu’il était vraiment lisse. Il allait réduire le déficit, pas le Service National de Santé. Un opportunisme moral complet combiné avec un sens complet, assimilé et érectile de sa propre responsabilité. D’où le préservatif déroulé sur sa tête lisse. Cela ne sembla si parfait et si judicieux, pour moi du moins, qu’après quelque hésitation au départ, je décidai de l’adopter. »

Illustration Steve Bell, The Guardian en janvier 2010 : « ça ne peut pas continuer comme ça, dit Cameron, la tête revêtue de son préservatif, je punirai l’irresponsabilité, pas les banquiers ». Le slogan est « pour une société forte, en caoutchouc ».