L’art de la haute vallée de la Bénoué

 

Vase de transfert de maladie, haute vallée de la Bénoué

 

Le Musée du Quai Branly à Paris propose jusqu’au 24 janvier une passionnante exposition consacrée aux arts de la vallée de la Bénoué au Nigéria.

 Longue d’environ 1000km, la rivière Bénoué est un affluent du Niger. Plusieurs dizaines d’ethnies habitent dans son bassin. Si les peuples de la haute Bénoué ont été relativement préservés des invasions par un relief accidenté, ceux de la moyenne et de la basse Bénoué ont été fortement marqués par l’invasion des Peuls musulmans au début du 19ième siècle et la colonisation britannique un siècle plus tard. Les œuvres d’art y ont circulé d’un peuple à l’autre sous l’effet des mouvements de population.

 On est d’emblée saisi par la beauté des pièces présentées, sculptures, masques, vases rituels. On comprend la fascination des artistes visuels innovateurs du début du vingtième siècle pour la statuaire africaine, en particulier Picasso. Les corps sont stylisés et les formes simplifiées à l’extrême. Le corps réel est déconstruit de telle manière qu’apparaissent dans toute leur force l’esprit – ou mieux les esprits – qui lui confèrent vie, mouvement et puissance.

 Cette esthétique est fortement sexualisée. D’extraordinaires sculptures montrent de manière naturaliste des mères nourrissant leur bébé avec, sur le dos ou à leurs pieds, le reste de leur progéniture. D’autres tendent vers l’abstrait et marquent de manière presque allusive les organes génitaux, le cordon ombilical ou des attributs masculins ou féminins.

 L’exposition, construite d’après des relevés de l’ethnologue américain Arnold Rubin (1937 – 1988), est organisée en trois sections selon les trois sous-ensembles géographiques de la Bénoué, basse, moyenne et haute. Dans celle consacrée à la haute Bénoué, les récipients de forces spirituelles et de maladies – la maladie étant la manifestation d’une force spirituelle nocive – sont particulièrement intrigants. On enduit le corps du malade d’argile ; avec l’argile récupérée, on moule et on cuit un récipient dont la forme extérieure évoque la maladie que l’on veut transférer du malade à la poterie. D’une manière prévisible, les pots dans lesquels sont enfermés les esprits mauvais sont enfouis et laissés le plus à l’écart possible.

 Inséré dans le cycle de la vie et de la mort, puissamment symbolique et expressif, l’art de la Bénoué représente une expression magnifique du génie humain.

Maternité, basse vallée de la Bénoué