L’héritage de Chávez

Le président – commandant vénézuélien Hugo Chávez, qui vient de disparaître à l’âge de 58 ans, laisse un héritage politique controversé.

 La disparition d’Hugo Chávez a causé une émotion considérable au Venezuela, en Amérique latine et dans certains milieux de gauche en Europe. « Le monde gagnerait à avoir plus de dictateurs comme lui », a déclaré Victorin Lurel, qui représentait la France aux obsèques et voyait en Chávez la combinaison de de Gaulle et Léon Blum. « Ce qu’est Chávez ne meurt jamais », a commenté Jean-Luc Mélenchon, invoquant « l’idéal inépuisable de l’espérance humaniste de la révolution » et exprimant la honte que lui inspiraient des commentaires formulés en France. Je crains que Mélenchon ait honte également de « transhumances » !

 The Guardian a publié en octobre 2012, dans le contexte de la campagne présidentielle au Venezuela, des statistiques montrant comment la Venezuela avait évolué entre 1999 et 2011.

 Le produit national brut par tête a bondi de 4.105 dollars à 10.801 dollars, en majeure partie grâce au quintuplement de la valeur des exportations de pétrole. La pauvreté a reculé : en 1999, 23.4% de la population était dans un état d’extrême pauvreté ; ils n’étaient plus que 8.5% en 2011. Le chômage est tombé de 14.5% à 7.6% de la population active. Le taux de mortalité infantile est tombé de 20‰ à 13‰.

 Moins de pauvreté, un meilleur accès à l’emploi, aux soins et à l’éducation représentent pour des millions de Vénézuéliens une chance historique inouïe. Pour eux, c’est l’accès à la dignité ; pour le pays, c’est l’émergence d’une force vive que la pauvreté mettait sous l’éteignoir.

 Le recul de la pauvreté a été acquis grâce à un massif effort de redistribution, opéré grâce à des programmes appelés « missions bolivariennes » dans tous les domaines qui touchent la vie des gens. Mais ce modèle n’est pas transposable à d’autres pays, car il repose uniquement sur l’appropriation étatique de la rente pétrolière, dans un pays qui dispose des plus grandes réserves prouvées au monde.

 Au Venezuela même, le modèle touche à ses limites. La redistribution massive génère une inflation de plus de 20% par an. Le déficit des finances publiques représente plus de 9% du PNB. L’état est lourdement endetté, notamment à l’égard de la Chine. Le taux de change de la devise nationale, le « bolivar fort », a été divisé par plus que 4 contre le dollar entre 1999 et 2011.

 La corruption est endémique. Le Venezuela est classé 172ième pays de majeure corruption perçue par l’indice Transparency International. La violence est chronique : le nombre de meurtres pour 100.000 habitants atteint 45, contre 25 en 1999 (environ 1,5 pour 100.000 habitants en France). L’état des infrastructures est désastreux, les sommes dédiées aux investissements étant fréquemment détournées.

 A ce stade, le chavisme n’a pas créé les conditions d’un développement durable de son pays. L’économie dépend de manière croissante des exportations de pétrole. L’industrie et l’agriculture n’ont pas gagné en compétitivité, et ont même régressé. Il faut bien reconnaître que le régime n’a pas encouragé les initiatives de la société civile et des milieux économiques. Son action a été très largement clientéliste et infantilisante. Les débordements d’émotion constatés lors des obsèques sont celles d’un enfant perdant son père. Chávez va être embaumé « pour l’éternité » comme l’avaient été Lénine et le « petit père des peuples », Staline, mort presque 60 ans jour pour jour avant le président vénézuélien. Hugo Chávez n’était pas léniniste et encore moins stalinien. Mais le culte du chef qu’il a poussé au paroxysme n’a pas favorisé le débat d’idées, l’analyse collective des faits et des chiffres, la proposition de projets qui caractérisent une société développée.

 La fascination de certains milieux de gauche idéalistes pour les révolutions castriste ou bolivarienne est émotionnelle plus que rationnelle. Redistribuer fortement la richesse est une exigence de dignité humaine et aussi de cohésion sociale. C’est ce qu’a compris le Brésil de Lula et de Rousseff. Mais la redistribution doit aller de pair avec la construction d’une économie solide et d’une société civile adulte.

Partisans d’Hugo Chavez se rendant à ses obsèques. Photo The Guardian