Noël

« Transhumances » souhaite à ses lecteurs un Noël intense et chaleureux.

Aucune fête dans l’année n’atteint l’intensité émotionnelle de Noël.

Noël, dans l’hémisphère nord, c’est la lumière du jour réduite à quelques heures. Ce sont aussi les illuminations nocturnes, les guirlandes, le réveillon.

Noël, c’est Bethléem, la Palestine, des décennies de mésentente et d’oppression.

Noël, c’est une famille déplacée à qui l’on refuse une place à l’hôtel, c’est la naissance d’un bébé dans une mangeoire, c’est la bonne nouvelle transmise en premier lieu à des gardiens de troupeaux.

Noël, c’est une opportunité commerciale, mais c’est aussi choisir méticuleusement ce qu’on donne et s’étonner de ce que l’on reçoit. L’or, l’encens et la myrrhe.

Noël, c’est l’enfant roi, le désir de faire fructifier le capital d’émerveillement et d’innocence enfoui en chacun depuis l’enfance.

Noël, ce sont des chants émergeant du fond des âges : il est né le divin enfant.

Noël, c’est faire semblant de croire au père Noël, c’est aussi croire en la possibilité de faire advenir un monde meilleur.

Noël, c’est la chaleur d’une famille, et pour ceux qui en sont privés, la solitude glacée. C’est aussi un moment de solidarité.