Warning: First parameter must either be an object or the name of an existing class in /home/xavierdep/www/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/inc/general/aioseop-robots-meta.php on line 132

Warning: First parameter must either be an object or the name of an existing class in /home/xavierdep/www/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/inc/general/aioseop-robots-meta.php on line 136

Warning: First parameter must either be an object or the name of an existing class in /home/xavierdep/www/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/inc/general/aioseop-robots-meta.php on line 132

Warning: First parameter must either be an object or the name of an existing class in /home/xavierdep/www/wp-content/plugins/all-in-one-seo-pack/inc/general/aioseop-robots-meta.php on line 136

Transhumances

Confiteor

Confiteor, roman de Jaume Cabré (2011, traduit du catalan par Edmond Raillard, Actes Sud 2013) restera sans nul doute une œuvre littéraire majeure de ce début de siècle.

La présentation du livre en quatrième de couverture est lyrique : « retraçant l’itinéraire d’un enfant sans amour puis l’affliction d’un adulte sans dieu aux prises avec l’histoire du Mal souverain, Confiteor défie les lois de la narration pour ordonner un chaos magistral et emplir de musique une cathédrale profane ». Elle restitue bien ce que ressent le lecteur au long des 900 pages de cet ouvrage unique.

Le lambeau

« Le lambeau » est l’un des livres les plus bouleversants qu’il m’ait été de lire ces derniers mois. Survivant de l’attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, Philippe Lançon y raconte son long chemin de reconstruction.

Le lambeau, c’est Philippe Lançon lui-même, morceau de chair sanguinolant qui gît aux côtés des camarades tués lors de la conférence de rédaction de Charlie Hebdo. En chirurgie, c’est « un segment de parties molles conservées lors de l’amputation d’un membre pour recouvrir les parties osseuses ou obtenir une cicatrice souple. »

La perpétuité réelle pour Marc Dutroux ?

La réunion à huis clos, le 24 octobre 2019, du tribunal d’application des peines pour étudier la demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux, suscite en Belgique et jusqu’en France une polémique sur la « perpétuité réelle ».

Il faut rappeler que Marc Dutroux, qui aura 63 ans en novembre, a été condamné en 2004 à la prison à perpétuité pour le rapt, la séquestration et le viol de six fillettes et jeunes filles en 1995 et 1996, ainsi que pour la mort de quatre d’entre elles, deux assassinées et deux mortes de faim dans la cave d’une maison à Marcinelle, près de Charleroi. Le 20 octobre 1996, une gigantesque marche blanche avait rassemblé 350 000 personnes à Bruxelles.