Transhumances

Musée-atelier Jean Lurçat, près de Saint-Céré

Jeannette, l enfance de Jeanne d Arc, film

Villas soulacaises

Barbara, film

Le Redoutable, film

120 battements par minute, film

Egon Schiele, film

Le Lot près de Saint Cirq Lapopie

Armelle, une heure avec Maria Callas, théâtre

Un beau soleil intérieur, film

Garde à vue, livre

Happy end, film

Ridicule, film

Chasseurs de nuit, exposition

Automne

L’automne a mauvaise réputation. Comme saison, il annonce l’hiver. Comme métaphore, il préfigure la mort.

Pourtant, j’aime l’automne, ses couleurs, son odeur d’humus, sa fraîcheur reposante.

Le sens de la fête

« Le sens de la fête », film d’Éric Toledano et Olivier Nakache, avec Jean-Pierre Bacri dans le rôle principal, est une savoureuse comédie, recommandable à l’approche de l’hiver !

Max (Jean-Pierre Bacri) est « wedding planner ». Il vend à ses clients leur mariage clé en mains. Celui de Pierre et Helena se déroule dans un château du dix-septième siècle. Pierre (Benjamin Lavernhe) est le type-même du client infatué de lui-même et exigeant : la brigade de serveurs devra être costumée en valets perruqués, le style devra être chic et discret, il ne sera pas question de faire tourner les chiffons. Le répertoire que sa mère (Hélène Vincent) recommande au DJ (Gilles Lelouche) inclut Patachou et Jean Sablon…

Où sont passés les hommes ?

L’évaporation de la force de travail masculine aux États-Unis représente un vrai problème de société. Un sociologue l’impute en partie au passage d’une part significative de la population américaine par la prison.

« Transhumances » a récemment consacré un article à la diminution constante du pourcentage d’hommes américains présents sur le marché du travail. Un journaliste l’expliquait en partie par la fascination des jeux vidéo pour de jeunes adultes qui, à l’âge de se frotter avec les contraintes et les opportunités d’un premier emploi, préfèrent rester dans le cocon familial tout en s’évadant dans un monde virtuel.