Transhumances

Le chat, film

Le sens de la fête, film

La fondation Bemberg à Toulouse

Le Ballet Prejlocaj à la prison des Baumettes

L\\\'île de Sakhaline, récit de Tchekhov

The Wizard of lies, film

Ombline, film

Une femme au soleil, Ballet de Perrine Walli

Le Cirque de Salazie à l\\\'Île de La Réunion

Eté 93, film

Jacques Sarrand, 1924 - 2017

Hommage à Johnny Hallyday

La Villa, film

Le Brio, film

12 jours, film

La promesse de l\\\'aube, film

Exposition le Pérou avant les Incas

Manuel des visiteurs de prison, 1894

Le manuel des visiteurs de prison, écrit par Jules Arboux en 1894, fournit une intéressante matière à réflexion aux visiteurs d’aujourd’hui.

Jules Arboux (1847 – 1919) fut aumônier protestant des prisons de la Seine pendant plus de 25 ans. Il est l’un des fondateurs en France de la Mutualité. Il écrivit plusieurs ouvrages sur la prison, dont ce manuel des visiteurs.

Les heures sombres

« Les heures sombres », film de Joe Wright avec Gary Oldman dans le rôle principal, raconte quelques semaines de la vie de Winston Churchill en mai 1940 lorsque, devenu premier ministre, il engagea son pays dans la résistance à l’invasion nazie, quel qu’en fût le prix.

« Transhumances » a consacré une note de lecture à la biographie de Churchill par Norman Rose. Selon le leader travailliste Aneurin Bevan, le plus grand talent de Churchill était de « persuader les gens de ne pas regarder les faits ». Il commit pendant sa vie d’innombrables erreurs stratégiques. Mais en 1940–1941, lorsque l’armée française fut détruite et qu’on s’attendait à une invasion de l’Angleterre par Hitler, son refus de regarder la réalité en face, sa capacité à galvaniser les foules tout en ne leur promettant que du sang et des larmes, son personnage d’hédoniste tranquille et obstiné au milieu de la déroute sauvèrent la Grande Bretagne, et toute l’Europe avec elle, de l’horreur nazie.

Le contresens de l’encellulement individuel

Le programme de construction de nouvelles places de prison est justifié par le principe de l’encellulement individuel, inscrit dans le code pénal par une loi du 5 juin 1875.

Le gouvernement actuel a repris à son compte le programme de 15 000 places de prison nouvelles, tout en l’étalant sur deux législatures. Il est présenté comme une solution à la surpopulation carcérale. Par respect pour la dignité des détenus, il faudrait mettre fin à « l’incantation séculaire » du droit à l’encellulement individuel et, pour cela, construire.