Transhumances

Premiers de cordée, premiers de corvée

À l’occasion de la crise du Covid-19, de nombreux commentaires ont opposé le rôle déterminant des sans-grade, les « premiers de corvée » au piétinement des sachants, les « premiers de cordée ».

Les « premiers de corvée » sont les infirmières, les caissières, les éboueurs, les facteurs qui, exposés en première ligne à la contagion, ont assuré les services essentiels et aussi ceux, comme les enseignants, dont les parents obligés de faire l’école à leurs rejetons ont ressenti l’absence. Il faut y ajouter les mères de famille, qui exécutent la majeure partie des tâches domestiques et jouent le rôle de régulateur émotionnel, prenant sur elles peurs, chagrins et colères.

La Maison Golden

Avec « La Maison Golden » traduit par Gérard Meudal, édité par Actes Sud, Salman Rushdie propose un roman foisonnant, produit d’une érudition et d’une imagination sans pareil.

Le narrateur du livre est René Unterlinden, un jeune aspirant cinéaste qui peine à trouver son sujet. « Avec l’égotisme sans limites de la jeunesse, écrit René, je m’étais mis à imaginer un film puissant, ou plutôt une suite de films dans le genre du Décalogue, traitant des migrations, des transformations, de la peur, du danger, du rationalisme, des changements de sexe, de la ville, de la lâcheté et du courage, carrément une fresque panoramique de notre époque. » Ce positionnement, appliqué eu roman, est celui de Salman Rushdie.

Plein soleil

Arte TV a récemment diffusé « Plein soleil », film de René Clément (1960) d’après le roman « Mr Ripley » de Patricia Highsmith.

Philippe Greenleaf (Maurice Ronet), fils d’un millionnaire californien, mène la grande vie entre Rome et la baie de Naples. Son père lui enjoint de revenir à San Francisco et paye un homme de main pour le ramener à la maison.