Paradoxe de la consommation en Grande Bretagne

 La consommation en Grande Bretagne aurait progressé de plus de 4% en un an. Dans le même temps, le produit intérieur brut a diminué de près de 5%. Comment expliquer ce paradoxe ?

Selon le British Retail Consortium, les ventes du secteur de la distribution auraient augmenté de 4,1% de novembre 2008 à novembre 2009. Dans un contexte de forte récession (le PIB a décru de 4.7% en un an), les hypermarchés accroissent fortement leurs ventes, le luxe fait une année exceptionnellement bonne, le textile progresse, et seuls les secteurs liés à la maison (ameublement, bricolage) régressent.

Plusieurs facteurs expliquent ce paradoxe. Le premier est la baisse historique des taux d’intérêt. La plupart des prêts hypothécaires en Grande Bretagne sont à taux variables. Les conséquences sur le pouvoir d’achat des ménages sont si sensibles que le Gouvernement gère deux indices de prix, le RPI (Retail Prices Index) et le CPI (Consumer Prices Index), le second tenant compte du coût des prêts. L’économie pour les foyers britanniques serait de l’ordre de 120 livres par foyer et par mois, somme disponible pour épargner mais aussi pour consommer.

La baisse de la livre sterling attire des consommateurs européens et stimule les ventes, principalement à Londres. Elle décourage aussi les Britanniques de voyager à l’étranger, ce qui libère du pouvoir d’achat pour la consommation domestique.

Enfin, la baisse de la TVA, qui prendra fin dans quelques jours, a certainement stimulé la consommation, particulièrement ces dernières semaines.

Les perspectives pour 2010 sont toutefois incertaines. En cas de remontée des taux d’intérêt, le budget des ménages va de nouveau se tendre. La TVA va revenir à son niveau antérieur. Le chômage ne cesse de s’accroître et pousse les ménages à la prudence et à l’épargne. La hausse des ventes de détail dans un contexte de récession n’aura peut-être été qu’un feu de paille.