Tag Archives: Chanter

Brassens par Brassens

France 3 a récemment diffusé un documentaire de Philippe Kohly, « Brassens par Brassens ».

Par la voix de Sandrine Kiberlein, le réalisateur présente Georges Brassens (1931 – 1981) comme « le grand chêne de la chanson, le La Fontaine du vingtième siècle, homme libre, force tranquille ».

« Brassens par Brassens » associe les chansons aux épisodes de sa vie qui les ont fait naître. Né et grandi à Sète d’un père de tendance anarchiste et d’une mère immigrée italienne profondément catholique, il quitte sa ville natale après à avoir été condamné à de la prison avec sursis pour un vol de bijoux. Son père va le chercher au commissariat de police et lui dit simplement : « As-tu besoin de quelque chose ? » Naissance de la chanson « la mauvaise réputation ».

La ballade du café triste

« La Ballade du Café Triste » (the Ballad of the Sad Café) est la nouvelle la plus connue de la romancière américaine Carson McCullers (1917-1967).

Le recueil contient six autres nouvelles qui, toutes, ont à voir avec l’amour, l’irréversibilité du temps qui passe et la musique. Dans La Ballade du Café triste, la vie d’une célibataire endurcie, Amelia, est bouleversée par l’irruption d’un bossu qui se présente comme son cousin. Sous son impulsion, l’épicerie qu’elle tient dans un village isolé et sinistre se transforme peu à peu en un café convivial, le seul lieu où l’on puisse se parler, boire, jouer de la musique et faire la fête. Mais le café d’Amelia est menacé par le retour d’un ancien mari éphémère devenu criminel, bien décidé à se venger après des années de pénitencier.

Bois d’Arcy

J’ai découvert l’existence du rappeur La Fouine (Laouni Mouhid) à la lecture du livre « La Communauté » de Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin. Ses textes sont dignes d’intérêt, comme en témoigne son adaptation de la chanson San Francisco de Maxime le Forestier, sous le titre « Bois d’Arcy ».

Laouni Mouhid compte, dit Wikipédia, 2 millions d’abonnés sur YouTube, 7 sur Facebook et 2 sur Twitter. J’ignorais jusqu’à son nom, ce qui montre combien nos univers culturels sont cloisonnés. Son éducation musicale est pourtant passée par Brel, Brassens et Ferré.