Tag Archives: Craindre

L’homme qui en savait trop

Arte TV a récemment diffusé « l’homme qui en savait trop », thriller réalisé par Alfred Hitchcock en 1956.

La programmation d’Arte TV est souvent heureuse : telle est l’idée de gratifier les spectateurs d’un paquet d’adrénaline après des semaines de langueur confinée.

La Maison Golden

Avec « La Maison Golden » traduit par Gérard Meudal, édité par Actes Sud, Salman Rushdie propose un roman foisonnant, produit d’une érudition et d’une imagination sans pareil.

Le narrateur du livre est René Unterlinden, un jeune aspirant cinéaste qui peine à trouver son sujet. « Avec l’égotisme sans limites de la jeunesse, écrit René, je m’étais mis à imaginer un film puissant, ou plutôt une suite de films dans le genre du Décalogue, traitant des migrations, des transformations, de la peur, du danger, du rationalisme, des changements de sexe, de la ville, de la lâcheté et du courage, carrément une fresque panoramique de notre époque. » Ce positionnement, appliqué eu roman, est celui de Salman Rushdie.

La clé

Dans « La Clé », son premier roman policier, Anaïs Maquiné-Denecker fait pénétrer le lecteur dans un drame qui secoue une famille de la bonne société de Deauville-Trouville.

Lorsque Emma Clinton, fille d’un propriétaire de chevaux connu et respecté à Deauville, disparait, l’inspecteur de police Bertin croit qu’elle a quitté son mari Noah et son bébé Adam pour se réinventer une nouvelle vie. Mais les signaux inquiétants s’accumulent.