Tag Archives: Diviser

Famille Politique

Copé et Fillon, en conflit pour le rôle de "père" de leur famille politique

Les deux candidats à la présidence de l’UMP, Jean-François Copé et François Fillon, se réfèrent fréquemment au parti comme à une « famille politique ».

 Mardi 20 novembre, François Fillon prenait acte de sa défaite à l’élection du président de l’UMP, regrettait des irrégularités et ajoutait : « naturellement, je reste au sein de ma famille politique ». Dans l’interminable feuilleton qui l’oppose à Jean-François Copé, le mot « famille » revient dans toutes les bouches, comme une incantation. On évoque les querelles de famille autour d’un héritage, on s’inquiète des haines fraternelles, on redoute que la famille se divise irréductiblement. Mais il semble que le mot « famille » soit le plus apte à désigner la droite.

 J’avais été frappé par l’utilisation de ce vocable pendant la campagne présidentielle : je recevais fréquemment des courriels s’adressant à moi comme un membre de « notre famille », probablement parce qu’il semblait invraisemblable qu’un expatrié votât pour un autre candidat que le président sortant.

 Mais pourquoi donc la droite serait-elle une « famille » ? Ne peut-elle se structurer qu’autour d’un rôle de « père », un rôle de « mère » et des rôles de « frères » et « sœurs » ? Si tel est le cas, le conflit en cours pour s’arroger la figure paternelle ne peut être que profondément anxiogène pour les fils et filles symboliques de Nicolas Sarkozy

Ed Miliband sur les traces de François Hollande

Ed Miliband à la Conférence du Parti Travailliste à Manchester. Photo The Guardian

Le leader du parti travailliste britannique, Ed Miliband, a prononcé à la conférence de son parti à Manchester un remarquable discours. Son fil directeur rappellera aux Français les souvenirs de la dernière élection présidentielle : le parti au pouvoir s’emploie à diviser, nous voulons rassembler.

 Le discours d’Ed Miliband le 2 octobre dura 1h4mn32s, dont 17mn15s d’applaudissements. Parlant sans notes, il sut soulever l’enthousiasme de ses partisans et s’imposer – enfin – comme leur leader.

Le paradoxe de ce discours, c’est qu’il emprunte sa thématique à Benjamin Disraeli, un leader Tory (Conservateur). Le 3 avril 1872, également à Manchester, il prononça un discours devenu emblématique. Il y défendait l’idée que la nation, au lieu d’être divisée, devait être unie par des passions communes, une préoccupation et un soutien mutuels. Aux français, ceci devrait rappeler la campagne présidentielle d’avril 2012. Le candidat François Hollande reprochait au président Nicolas Sarkozy de chercher à opposer les Français les uns aux autres et de nourrir des tensions au lieu de les apaiser. C’est le même positionnement qu’adopte Miliband. Les commentateurs disent qu’après le Old Labour et le New Labour (celui de Blair et Brown) est en train de naître le One Nation Labour.

 La conversion n’est pas aisée pour la gauche, qui s’est largement construite sur l’idée de la lutte des classes. Le père des Miliband, David et Ed, Ralph, était d’ailleurs un marxiste convaincu. Mais il est vrai que la droite, celle de Cameron et Osborne comme celle de Romney, se définit de plus en plus par une exaltation des « makers » (ceux qui font) contre les « takers » (ceux qui profitent). Les droites croient en la concurrence dure, en l’effacement des filets de protection, en l’apprentissage de la responsabilité individuelle. La nécessité de réduire les déficits publics constitue pour elles une aubaine : elle leur donne l’excuse pour réduire les subventions dont profitent les parasites.

 Il n’est pas étonnant dès lors que les gauches tendent à s’approprier le message du rassemblement et de l’unité. Il a permis le triomphe de François Hollande en 2012. Les sondages donnent à Miliband et son parti une dizaine de points d’avance sur les Conservateurs, et les Libéraux Démocrates ne se remettent pas des compromis passés avec les Tories au gouvernement. Une victoire travailliste en 2015 n’est pas garantie. Mais portés par l’image d’Une Nation, les Travaillistes ont désormais des chances sérieuses de l’emporter.