Tag Archives: Gâcher

Environnement : urgence !

Au Sommet de la Terre de Rio. Photo The Guardian.

Dans The Guardian du 31 décembre, George Monbiot, journaliste spécialiste des questions environnementales, a écrit un réquisitoire intitulé : « 2012, l’année où nous nous sommes efforcés d’abandonner le monde naturel ».

 « C’était l’année à vivre dangereusement. En 2012, les gouvernements ont tourné le dos à la planète vivante, démontrant ainsi qu’aucun problème chronique, quelle que soit sa gravité, n’aura la priorité sur une préoccupation immédiate, même triviale. Je crois qu’il n’y a pas eu de pire année pour le monde naturel pendant le dernier demi-siècle. »

 Monbiot cite les désastres écologiques qui se sont révélés ou développés l’an dernier : la fonte accélérée de la banquise, l’épidémie qui décime le pin d’Ecosse, l’extinction précipitée de grandes espèces animales comme le rhinocéros, etc. « Et ceux qui sont chargés de nous protéger, nous et le monde dans lequel nous vivons, prétendaient que rien de tout cela ne se passait ».

 Le journaliste cite l’indifférence des grandes puissances au Sommet de la Terre de Rio en juin, manifestée par l’absence des chefs d’Etat ou de gouvernement des Etats-Unis, du Royaume Uni, de l’Allemagne et de la Russie. « La déclaration finale fut une parodie d’inaction. Alors que les 190 pays qui la signèrent exprimèrent un “profond souci” pour les crises mondiales montantes, ils ne se mirent d’accord sur aucun objectif, aucune date et aucun engagement, à une seule exception près. Seize fois ils s’engagèrent à « une croissance soutenue », un terme qu’ils utilisèrent de manière interchangeable avec son exact opposé, « soutenable » (sustained growth / sustainable growth).

 La conférence du climat à Doha à la fin de l’année produisit une combinaison semblable d’inanité et de contradictions. Les gouvernements on maintenant commencé à admettre, sans manifester une grande préoccupation, qu’ils manqueront leur objectif de pas plus de 2° de réchauffement global à la fin de ce siècle (…)

 Nos leaders traitent maintenant le changement climatique comme un coupable secret ». Monbiot cite le silence des candidats à la présidentielle américaine sur le sujet. Il mentionne l’échec à réformer la politique agricole commune européenne. « Les subventions aux agriculteurs sont soumises à la condition qu’ils détruisent la végétation, ce qui signifie aussi la vie sauvage. Nous payons 55 milliards d’euros par an pour souiller le monde naturel ».

 Le journaliste se penche sur le cas de son pays, la Grande Bretagne. « En 2012, on a donné les clés de la galerie d’art aux vandales. La politique environnementale est maintenant entre les mains de gens, tels que George Osborne, Owen Paterson, Richard Benyon et Eric Pickles, qui n’ont pas plus de sentiments à l’égard du monde naturel que les Puritains pour les beaux-arts. » Monbiot cite « un bûcher de réglementations protectives de l’environnement » par la coalition des Conservateurs et des Libéraux., de l’usage des pesticides aux zones de pêche.

Pour George Monbiot, s’il y a de l’espoir, il réside dans la mobilisation des citoyens. La conscience de l’urgence agir pour la protection de l’environnement avant qu’il soit trop tard ne cesse de croître parmi les citoyens. « Les gouvernements se soucient des choses seulement dans la mesure où leurs citoyens les forcent à s’en soucier ». En 2012, les citoyens ont été de plus en plus soucieux mais, comme les médias et les gouvernements, ils ont détourné le visage du plus grand problème de l’humanité et sont restés passifs. Sauront-ils se mobiliser en 2013 ? C’est indubitablement l’un de principaux enjeux de l’année qui commence.