Tag Archives: Moraliser

Le scandale du LIBOR

 

Bob Diamond, patron démissionnaire de Barclays. Photo The Guardian

Le scandale du LIBOR vient d’entraîner la démission du tout puissant patron de la Banque Barclays, Bob Diamond.

 La Banque Barclays vient d’être condamnée à un total de 290 millions de sterlings d’amendes par l’autorité de régulation bancaire britannique FSA, le ministère américain de la Justice et la commission des marchés dérivés de marchandise. Il lui est reproché d’avoir systématiquement truqué le LIBOR (London Interbank Offered Rate) pendant les années 2005 à 2008. Son patron, l’Américain Bob Diamond, a été contraint à la démission.

L’enjeu est énorme : ce sont quelque 350 mille milliards de dollars de transactions financières qui sont indexées sur le LIBOR. Une déviation de quelques « points de base » (centièmes de pour cent) peut faire perdre des sommes énormes à un trader et les faire gagner à un autre. De 2005 à 2007, Barclays a cherché à ce que le LIBOR soit côté plus haut qu’il n’était constaté en réalité sur le marché de l’argent interbancaire, car cela permettait à la banque de vendre ses produits dérivés plus chers que leur valeur réelle. Des milliers de clients, en particuliers des petites entreprises, ont été victimes de l’arnaque. A partir de la faillite de Northern Rock en 2007, Barclays a voulu prouver que sa situation financière était solide : elle a tiré le LIBOR vers le bas en prétendant qu’elle empruntait à des taux inférieurs à ceux qu’elle rencontrait effectivement sur le marché.

 Comment cela est-il possible ? Le LIBOR est un indicateur construit par l’association britannique des banques (BBA) dans les années quatre-vingt. Il s’agit d’indiquer le plus fidèlement possible à quel taux les banques se prêtent entre elles de l’argent. Il y a un LIBOR pour chacune des dix devises prises en compte ; il y a quinze « maturités » (durée, de la journée à plusieurs années) pour chaque devise. Pour chaque sorte de LIBOR est constitué un panel de banques qui soumettent, chaque jour peu après 11 heures du matin, le taux auquel elles peuvent emprunter à des consœurs. Reuters, opérant pour le compte de BBA, écarte les 25% de cotations plus basses et plus élevées et calcule une moyenne pondérée des autres cotations. Les panélistes sont supposés soumettre les taux qu’ils observent sur le marché. Barclays a systématiquement soumis des taux qui avantageaient ses traders pendant les années fastes ou occultaient sa fragile situation de trésorerie pendant la crise.

 Le scandale du LIBOR a déclenché une tempête médiatique et politique en Grande Bretagne. Le Parti Travailliste réclame une commission d’enquête semblable à celle qui fait un remarquable travail sur les médias à la suite du scandale des écoutes par News of the World. Le Parti Conservateur, d’abord arc-bouté dans une position de refus, serait prêt à l’envisager si elle se concentrait sur la doctrine du contrôle « light touch » prônée et mise en œuvre par Tony Blair et Gordon Brown.

 La crise déclenchée par l’avidité et l’immoralité des banques dans les années quatre-vingt dix et deux mille n’en finit pas de provoquer des dégâts en termes de déficits publics et d’emplois détruits. L’opinion publique britannique est en train de divorcer de ses banques. Elle a exulté au « Diamond Jubilee » de sa souveraine ; elle voue aux gémonies Bob Diamond, l’archétype d’une arrogance financière qu’elle supporte de plus en plus difficilement.