Tag Archives: Négocier

Le colonel Chabert

Le roman de Javier Marías, Los Enamoramientos, m’a donné envie de lire « le colonel Chabert », écrit par Balzac en 1832 et publié sous sa forme définitive en 1844.

 Un thème récurrent de l’œuvre de Javier Marías est l’attitude des vivants à l’égard des morts, entre deuil, remords et oubli. Il est fasciné par le personnage du colonel Chabert, donné pour mort après une charge héroïque à la bataille d’Eylau en 1807, miraculeusement rescapé et revenu à Paris dix ans plus tard pour récupérer sa femme et sa fortune. Chabert interroge Rosine, sa femme, remariée en son absence, devenue Comtesse Ferraud et mère de deux enfants : « Les morts ont donc bien tort de revenir ? »

Vive l’Allemagne !

« Vive l’Allemagne », d’Alain Minc (2013) est un stimulant essai sur un pays avec lequel la France a destin lié, mais qui reste profondément méconnu chez nous.

 Il convient d’abord de remarquer que le titre « Vive l’Allemagne ! » est un peu abusif. Dans Le Cercle des Echos, Pascal Ordonneau propose plutôt : « pour que vive l’Allemagne ! » Si en effet, la première partie du livre est un hymne à l’Allemagne d’aujourd’hui, l’un des pays les plus démocratiques au monde, la seconde partie exprime une angoisse de voir le pays devenir une grosse Suisse confortable et frileuse, rétive à exercer les responsabilités internationales qui lui incombent de par sa population et son économie.

Bordeaux, la négociante

 

David Johnston, industriel et négociant, maire de Bordeaux de 1838 à 1842

 

La ville de Bordeaux a l’âme des négociants : âpre au gain certes, mais aussi tolérante, curieuse et rarement belliqueuse.

 Depuis des siècles, les négociants ont joué les premiers rôles à Bordeaux. Le pouls de la ville battait au rythme des navires qui chargeaient et déchargeaient leurs marchandises sur la rive gauche de la Garonne en plein cœur de la cité. Ces navires assuraient la liaison avec l’empire colonial, de l’Afrique aux Antilles et à l’Indochine, mais aussi avec l’Europe du Nord, les Etats Unis et l’Amérique latine. La prospérité de la ville était liée au développement des échanges internationaux. Les périodes de guerre, de blocus et de protectionnisme l’appauvrissaient.

 Bordeaux est commerçante et pragmatique. Dans ce sens, on pourrait la dire britannique dans l’âme. Bien qu’en majorité catholique, elle n’est pas tridentine. Au dix-neuvième siècle, cinq de ses maires furent protestants : David Johnston, Alexandre de Bethmann, Emile Fourcand, Albert Brandenburg et Adrien Beysselange. De plus, Johnston était d’ascendance irlandaise, Bethmann et Brandenburg d’ascendance allemande. La ville était cosmopolite, tolérante, allergique au centralisme et au dirigisme, en un mot, girondine.

 Depuis un siècle s’est opérée une normalisation de Bordeaux. Le port a décliné et déserté le centre ville, rendant la cité orpheline de la pompe aspirante et soufflante d’hommes et de marchandises installée pendant des siècles jusque sur ses rives. La ville s’est industrialisée et forme en particulier avec Toulouse un pôle d’excellence en avionique. Le TGV l’a amarrée à Paris.

 Bordeaux reste féminine, douce, pacifique, ouverte au monde : cela fait partie de son patrimoine génétique. En un sens, la société mondialisée convient aux Bordelais dont l’âme négociante s’est toujours perçue comme partie intégrante du vaste monde. En 1871, en 1914 et en  1940, la ville est devenue brièvement capitale de la France. Elle peut jouer aujourd’hui le rôle de capitale de la confiance, branchée sur les promesses du monde qui émerge plus que sur les crispations de celui qui disparait.