Tag Archives: Piloter

Du risque majeur aux mégachocs

Photo www.patricklagadec.net

Le dernier livre de Patrick Lagadec, « Du risque majeur aux mégachocs » (Editions Préventique, 2012), explique pourquoi la question du risque se pose en termes inédits dans nos sociétés. Il nous invite à la lucidité et aussi à l’espérance. Si nous ne nous laissons pas tenter par le repli frileux sur des Lignes Maginot, nous pourrons relever le défi d’un nouvel Age des Découvertes.

 Directeur de recherche à l’Ecole Polytechnique, Patrick Lagadec travaille sur le risque depuis plus de trente ans. Son dernier ouvrage rassemble des articles publiés au fil des années dans la revue Préventique.

 Le point de départ de son travail fut le risque technologique majeur, celui qui se manifeste lorsqu’un accident dans une installation technique n’est pas limité au périmètre de l’installation mais implique des populations étrangères à son fonctionnement : fuite dans une centrale nucléaire ou une usine chimique, échouage d’un tanker suivi d’une marée noire, etc. Peu à peu, il s’intéressa à la gestion du risque majeur en général, y compris celui lié à des phénomènes naturels tels qu’ouragans ou tremblements de terre. Gérer une crise requiert une série de qualités : une réaction ultra-rapide, un pilotage ferme garantissant la cohérence des messages et la capacité à penser hors du cadre habituel, « out of the box ». Les organisations peuvent acquérir ces qualités dès lors qu’elles s’affranchissent du premier réflexe de déni, qu’elles cartographient les risques, qu’elles mettent en place une force de réflexion rapide et qu’elles entraînent leurs dirigeants et leurs spécialistes en ressources humaines et en communication.

 Aujourd’hui, Lagadec nous dit que le risque a changé de nature. Il est désormais « hors échelle » et peut prendre des proportions inouïes : pour prendre un exemple dans le domaine de l’économie, l’émission d’actifs toxiques (« subprimes ») par les banques américaines provoqua une récession mondiale. Il peut difficilement être circonscrit car il se manifeste par la combinaison et l’interdépendance de problèmes différents : toujours dans le domaine financier, la fragilité de la structure de l’Euro fragilisa les banques européennes. Le temps est écrasé : des transactions financières gigantesques sont déclenchées par ordinateur en nanosecondes. Les points de repère habituels s’effacent, « les murs porteurs ne tiennent plus » : au plus fort de la crise financière, le gouvernement britannique mit l’Islande sur la liste des Etats terroristes afin de bloquer les avoirs des banques de ce pays. Du risque majeur, nous sommes passés aux « mégachocs ».

 La première tentation est de dénier que puissent survenir des événements inconcevables. « Tout est sous contrôle » disent volontiers les ingénieurs d’une centrale nucléaire ou les actuaires d’une compagnie d’assurance. Si des anomalies surviennent, elles représentent un écart statistique avec la norme, et finalement les phénomènes tendent à se rapprocher de la moyenne historique. L’autre tentation est le fatalisme : on sent bien que le ciel peut nous tomber sur la tête, mais il ne sert à rien de se révolter contre les dieux.

 En réalité, le risque ne signifie pas seulement l’existence d’un danger, affirme Patrick Lagadec. Il est aussi associé à une opportunité,  mais seulement pour ceux qui s’y sont préparés. Le premier pas est de reconnaître la possibilité que les belles mécaniques bien huilées s’enrayent et de dresser la carte des vulnérabilités de l’organisation. Le second est de s’entraîner, comme un sportif, à la gestion de la crise qui peut venir : dans ses livres comme par des stages, Lagadec propose une « boîte à outils » fondée sur l’analyse de cas concrets et des simulations. S’adressant aux dirigeants, il les invite à s’écarter du modèle « Command and Control » pour celui de « Empowerment » (mise en responsabilité) ou de « Capacitation » (encourager la prise d’initiatives de communautés de terrain). Pour gérer de manière fine des situations imprévisibles et complexes, il faut en effet introduire le plus de granularité possible dans leur management.

 Deux phrases ont attiré mon attention dans l’ouvrage. L’auteur évoque un piège de la gestion de crise : « le règne du micro-suivi, du court terme de plus en plus court, du chiffre permanent. L’as de la microseconde, d’autant plus performant qu’il a renoncé à se poser toute question de sens, de pertinence et de risque systémique, devient le héros d’une soufflerie abandonnée à elle-même. » Et encore : « on veillera à toujours pouvoir s’appuyer sur des autorités de sûreté fortes, indépendantes et respectées. On a vu, sur Fukushima, ce qu’il en coûte de détruire pareil pilier. Il pourrait d’ailleurs être utile de s’interroger pour savoir si le modèle de la sûreté nucléaire, certes contraint lui aussi à de sérieux réexamens, ne pourrait pas s’appliquer à d’autres secteurs, comme celui de la finance, où les principes de défense en profondeur pourraient sans doute limiter un peu les extravagances dans l’ordre des cataclysmes. »

 Comme le Portugais Henri le Navigateur, nous sommes appelés à découvrir des territoires marqués sur les cartes « terra incognita ».