Tag Archives: Séparer

Les élites déconnectées

 

Dessin de Miguel Davila illustrant l’article de Mike Lofgren dans The American Conservative

 

Dans The Guardian du 28 janvier, George Monbiot explique que l’élite qui nous dirige est de plus en plus déconnectée des citoyens.

 Le journaliste explique qu’il a lui-même reçu une éducation totalement étrangère à la réalité à laquelle elle était censée préparer collégiens et étudiants. Lorsque la distorsion devient manifeste, il y a deux voies possibles : réviser son savoir, ses croyances et son jugement à l’épreuve des faits ; ou bien, comme les Républicains américains des années Bush, tenter de plier le monde à la forme qu’il prend dans son esprit.

 Monbiot cite Hannah Arendt dans « les origines du totalitarisme ». Elle expliquait que les nobles de la France prérévolutionnaire « ne se considéraient pas eux-mêmes comme des représentants de la nation mais comme une caste dirigeante qui avait bien plus de choses en commun avec des étrangers de la même classe sociale et de la même condition qu’avec leurs compatriotes. ».

 Il cite aussi un article écrit par le Républicain Mike Lofgren dans The American Conservative en septembre 2012. Lofgren soutient que les super-riches et ceux qui les entourent, les conseillent et gèrent leurs affaires ont fait sécession de l’Amérique. « Les riches élites du pays ont bien plus en commun avec leurs contreparties à Londres, Paris et Tokyo qu’avec leurs concitoyens américains… Les riches se déconnectent de la vie civique de la nation et de toute préoccupation sur son bien-être, si ce n’est un endroit à piller. Notre ploutocratie vit maintenant comme les Britanniques dans l’Inde coloniale : dans  le territoire et le gouvernant, mais non partie prenante du territoire ».

 Le journaliste décrit les symptômes de cette sécession, tels que les éclats de rire des ministres au Parlement britannique à propos de mesures qui mutilent les vies des plus pauvres du pays. « Beaucoup de ceux qui nous gouvernent, dit Monbiot, n’appartiennent pas à ici dans leur cœur. Ils appartiennent à une culture différente, à un monde différent qui en sait aussi peu sur ses propres actes que sur leurs conséquences sur ceux qui les subissent ».