Tag Archives: Tourisme

Voyage organisé

Participer à un voyage organisé en autocar comporte de lourdes contraintes. Mais c’est aussi une belle occasion de rencontres.

 Notre voyage en autocar en Turquie ne manque pas de pesanteurs. Le séjour étant présenté comme gratuit, les excusions ne sont pas nécessairement les plus intéressantes, et de longues heures sont consacrées à la visite des installations des sponsors. Il faut se réunir à heures fixes, et attendre les retardataires. C’est pourquoi nous avons été heureux, le dernier jour, de louer une voiture et de nous échapper de l’hôtel où les touristes sont cloîtrés comme des moines bons vivants mais captifs. Nous apprécions de décider de notre programme, de nous arrêter lorsque nous le souhaitons, de flâner à notre guise, de choisir notre restaurant et de repartir quand nous l’entendons.

Manavgat, cité prospère

La ville de Manavgat, à mi chemin entre Antalya et Analya, compte près de 100.000 habitants. Elle montre tous les signes de la prospérité.

 Bâtie sur les rives de la rivière éponyme, Manavgat profite de la concentration des touristes dans la station touristique (et aussi site archéologique) de Side, tout proche. Plus d’une centaine de bateaux proposent une promenade au fil de la rivière, jusqu’à l’estuaire. Certaines de ces embarcations poussent le kitsch jusqu’à l’extrême avec des faux mats en résine, du bois plaqué sur la coque en acier et un faux château arrière à la manière d’une caravelle, orné d’un énorme masque de pirate.

Pamukkale

 

A l’ouest de l’Anatolie, la ville de Pamukkale est célèbre pour ses sources thermales. C’était déjà le cas du temps des Romains et des Byzantins, quand la ville s’appelait Hierapolis.

 L’arrivée à Pamukkale depuis Denizli est saisissante. Le voyageur voit soudain venir à lui une falaise blanche, « le château de coton ». L’eau de source ruisselle sur les flancs de la falaise, retenue par des terrasses successives. Des sels minéraux s’y déposent et forment une couche semblable à de la neige. Il est possible de descendre pieds nus par un chemin tracé jusqu’en bas de la falaise, ou au contraire d’en parcourir la crête sur un sentier de planches d’où l’on peut regarder et photographier des vagues de neige impressionnantes.