Tag Archives: Violer

Ma très grande faute

Arte TV a récemment diffusé « Ma très grande faute » (2015), film de Gerd Schneider dans le contexte des scandales de pédophilie qui ébranlent l’Église allemande.

Jakob (Sebastian Blomberg), Dominik (Kai Schuman) et Oliver (Jan Messutat) sont prêtres de paroisse dans une ville industrielle d’Allemagne. Oliver se vit comme un homme d’Église et un gestionnaire. Dominik est engagé dans la « pastorale des jeunes ». Jakob est à l’aise dans l’accompagnement des personnes. À la prison, dont il est aumônier, il anime avec la psychologue un atelier qui met des hommes violents dans une situation de violence pour leur apprendre à se maîtriser. Les trois hommes se complètent, s’apprécient, vivent une vraie amitié.

W ou le souvenir d’enfance

Dans « W ou le souvenir d’enfance » (1975, l’Imaginaire Gallimard), Georges Perec intercale des souvenirs de son enfance, de sa naissance en 1936 à la Libération, à un récit imaginaire qui plante le décor terrifiant de la grande histoire.

 Georges Perec est né dans une famille juive polonaise immigrée en France. Son père meurt au front le jour de l’armistice, en juin 1940. Sa mère sera déportée à Drancy puis à Auschwitz en janvier 1943 et n’en reviendra pas. Lui-même est évacué vers la zone libre dans un train de la Croix Rouge en 1940 et vit jusqu’à la Libération entre Lans et Villard de Lans.

Sombre dimanche

« Sombre dimanche », de la jeune romancière Alice Zeniter, est la saga d’une famille de Budapest, de la seconde guerre mondiale à la chute du mur de Berlin et à l’entrée de la Hongrie dans l’Union Européenne.

 Ce livre est empreint d’un double désespoir : celui d’une nation qui fut grande du temps de l’Empire Austro-hongrois et qui est réduite à la condition d’un petit pays exposé aux rafales de la grande histoire ; et celui d’une famille, les Mándy, accrochée à la maison construite par l’ancêtre et incapable de s’adapter au monde tel qu’il devient. A sa lecture, on se sent envahi de mélancolie, mais par la magie de la poésie, la tristesse est sublimée et atteint une forme de beauté.