Tag Archives: Voir

Voyance

Au fil des années, je me suis convaincu qu’il n’y a pas d’esprit hors de la chair, et que cette « incarnation » fait la beauté de la vie humaine. La rencontre avec ma filleule Claire, qui vient de se lancer dans la profession de voyante médium a été dans ce contexte particulièrement stimulante.

 Née en 1981, ma filleule Claire Thomas vient de créer son entreprise de voyante médium. C’est pour elle une vraie rupture professionnelle : elle avait jusqu’à présent travaillé dans le monde de la radio, comme animatrice d’émissions destinées aux jeunes puis responsable de la programmation informatique des « web radios » dans une chaîne de radios musicales. Toutefois, elle y voit quant à elle une forte continuité : elle a toujours travaillé dans le domaine des ondes, celles que l’on capte par un poste de radio ou un ordinateur comme celles que capte le médium dans la relation avec son client.

 Claire a un don qu’elle dit avoir hérité de sa grand-mère maternelle. Elle « voit » le passé de personnes avec une grande netteté : événements, situations, dates et lieux. Elle « voit » aussi leur avenir : elle a ainsi annoncé à l’une de ses amis partie pour un long voyage qu’elle ne reverrait pas son grand-père vivant, et la prédiction s’est avérée exacte. Elle reçoit des messages de personnes décédées et les transmet à leurs proches. Elle est capable de lire les vies antérieures.

 Elle a décidé de construire son identité professionnelle sur ce don. Elle consulte à son cabinet ou par téléphone, par Skype et par Internet, en utilisant ce qu’elle appelle ses « flashs » ou le tarot de Marseille. Elle donne des cours, participe à des émissions de radio ou de télévision, est consultante pour de grands cabinets de voyance.

 Claire et moi vivons sur des planètes différentes. Je ne crois pas que l’âme existe hors de la conscience de chaque personne, et je pense que la conscience est le produit d’une série complexe d’interactions entre le cerveau de chaque personne, son propre corps et son environnement. Lorsque le corps meurt, ou lorsque la conscience est grignotée par une maladie du cerveau, « l’âme » cesse d’exister. Nous n’avons qu’une vie et celle-ci est limitée. Notre mortalité rend la vie à la fois tragique et belle.

 Je pense que certains humains sont spécialement doués pour l’empathie. Je n’ai pas de mal à imaginer que, face à face avec un autre humain, ils puissent « détecter ses mensonges », « voir clair dans son jeu », sentir ses peines, ses joies, ses désirs et ses appréhensions. D’une certaine manière, ils deviennent immédiatement familiers et peuvent « prévoir », ou même « prédire » ce qui devrait leur arriver sur la lancée de ce qu’ils sont aujourd’hui.

 En revanche, je ne crois pas que l’on puisse prédire l’avenir à l’aide d’un jeu de cartes ou en se fondant simplement, par Internet, sur un nom et une date de naissance. Je crois que nous n’avons pas de vie antérieure ni de vie future. Je ne crois pas que des morts puissent chercher à entrer en contact avec nous par l’entremise d’un médium.

 Claire dit elle-même que dans sa profession, il y a plus de 70% de charlatans. Il n’y a pas de diplôme reconnu ni d’instance de régulation, pas de label de qualité. Pourtant, elle considère son activité comme un vrai métier. L’objectif est clair : gagner sa vie en rendant un vrai service aux personnes qui consomment ce service, les aider à mener leur existence de manière plus sereine, désamorcer leurs peurs en pointant leur origine. Elle est consciente qu’elle peut se tromper. Elle n’hésite pas, en cas de doute, à demander l’avis d’autres professionnels.

 Dans le livre d’or du site Internet de Claire, quelqu’un mentionne « honnêteté, bienveillance et disponibilité ». Rencontrer Claire le temps d’un déjeuner ne m’a pas fait dévier d’un parcours existentiel qui m’a fait découvrir que la vie est belle grâce à l’amour entre les êtres, à l’industrie et au commerce et à la création artistique. Que la vie est belle aussi parce qu’elle est tragique et drôle, parce qu’elle a un début et une fin. Mais avec son univers si distant du mien, c’est aussi d’amour que parle ma filleule.

Photo « transhumances »