Cirque du Soleil, Totem 2012

Le Cirque du Soleil produit jusqu’au 14 février au Royal Albert Hall de Londres le même spectacle que l’an dernier : Totem.

 Le Cirque du Soleil constitue un émerveillement, un choc qui laisse bouche bée. La répétition ne lasse pas. On reste ensorcelé par les couleurs, les costumes psychédéliques, les corps en mouvement, la musique cosmopolite. Un clown se promène dans une barque (navigant sur un plan d’eau virtuel), et son barbecue se transforme en concert de casseroles. Un trader de la City parlant dans son téléphone portable est suivi par des représentants de l’évolution vers l’espèce humaine, de l’Homo sapiens au chimpanzé en passant par l’Australopithèque ; en un rien de temps, il se trouve dépouillé de son portable, de son costume et de sa dignité d’homme moderne et régresse à l’état d’homme des bois.

 Je suis fasciné par la virtuosité des athlètes, par leur performance physique de force et d’adresse mais aussi par la chorégraphie de leur art. Comme l’an dernier, ce sont les scènes de couple qui m’émeuvent davantage. Sur un trapèze, un homme et une femme s’affrontent, se laissent tomber (au sens propre), se rattrapent, s’enlacent. Deux patineurs à roulettes évoluent sur une petite estrade circulaire : il est le pivot autour duquel elle tourne dans un tourbillon de répulsion et d’attraction, centrifuge et centripète.

 La machinerie du Cirque du Soleil est incroyablement complexe. Les artistes et leurs accessoires sont aspirés dans des trappes, sont escamotés dans le plafond, empruntent la voie royale ouverte par une passerelle qui se déploie devant eux. Lumières, sons, élévateurs, filins de sécurité, robots sont contrôlés en régie par ordinateur. Paradoxalement, c’est à cette puissante technologie que le spectateur doit le sentiment de vivre deux heures de pure poésie hors du temps, en apesanteur dans un monde féérique dont la grisaille et la laideur sont bannies.

 Photo : le trapèze partagé, Totem, Cirque du Soleil.