3 jours à Quiberon

« 3 jours à Quiberon », film d’Emily Atef, raconte la rencontre de Romy Schneider avec un journaliste et un photographe dans un centre de thalassothérapie en 1981, un an avant sa mort.

Romy Schneider (Marie Baümer) est en cure à Quiberon pour se libérer d’addictions au tabac, à l’alcool et au sucre. Profondément déprimée, elle a demandé à une amie d’enfance, Hilde (Birgit Minichmayr), de lui tenir compagnie. Elle a aussi accepté de donner une interview au magazine Stern : le journaliste Michael Jüngs (Robert Gwiadek) est accompagné du photographe Robert Lebeck (Charly Hubner).

En réalité, c’est pour Robert que Romy a accepté l’interview. Ils ont été brièvement amants. Elle aime sa solidité et la qualité de son regard. Robert ne voit pas en elle une éternelle Sissi. Il perçoit son âme dans l’instant, en noir et blanc, en proie aux ténèbres ou captant le soleil. Emily Atef met ses pas dans ceux de Lebeck. C’est aussi en noir et blanc qu’elle filme Baümer / Schneider.

Michaël Jungs est résolu à obtenir un scoop. Il cherche à déstabiliser Romy par des questions agressives. Hilde voit le piège de la manipulation, tente de dissuader Romy. Mais celle-ci, hantée par ses démons, voit dans l’interview l’occasion de rompre une bonne fois pour toutes avec le passé et de se présenter comme celle qu’elle est : une femme torturée entre sa passion pour son métier d’actrice et la culpabilité qu’elle ressent pour ne pas être présente aux côtés de ses enfants.

Romy se livre au jeu de la confession. Elle est à la fois détruite et résiliente, écrasée par ses démons et résolue à vivre heureuse. Dans les trois jours que couvre le film, elle traverse des crises effroyables qui la jettent sur le sol, désemparée de solitude. Et des moments de pur bonheur, comme cette soirée volée à la cure diététique dans un bistrot de Quiberon où l’on ouvre bouteille de champagne sur bouteille de champagne en écoutant, fascinés, un poète local (Denis Lavant) déclamer une poésie d’Edith Azam, « le paradis une fois ». Ou encore comme cette chorégraphie sur les rochers au bord de la mer qui s’achève sur une facture du pied libératrice : Romy échappe à son prochain film, elle pourra rester auprès de ses enfants. Jusqu’à ce que le drame l’emporte.

« 3 jours à Quiberon » est un film intimiste d’une grande force. Dans le rôle de Romy Schneider, Marie Baümer est bouleversante.