L’herbe poussera sur vos villes

101017_over_your_cities_grass_will_grow.1289664179.jpg

Le documentaire de Sophie Fiennes « over your cities grass will grow » a été présenté hors compétition au dernier Festival de Cannes. Son objectif est de faire entrer le spectateur dans la compréhension de l’œuvre du sculpteur et peintre Anselm Kiefer.

Né en 1945, Anselm Kiefer a quitté l’Allemagne en 1993 pour s’installer dans une usine de soie désaffectée de Barjac dans le sud de la France.

Le film commence par une lente errance dans les souterrains de la ville absurde que l’artiste a créée comme matrice de sa propre production artistique. Il s’agit d’une véritable méditation, sans parole, accompagnée seulement par des œuvres du compositeur Gyorgi Ligeti. Puis, imperceptiblement, on passe de la matière inerte à la matière excavée, broyée, incendiée, fondue, brisée, hissée, exhibée dans ses meurtrissures par le travail de l’artiste et de ses assistants. Au centre du film, Anselm Kiefer explique sa conception de l’art comme une tentative pour mettre un ordre provisoire, toujours menacé de subversion par la vie qui monte : l’herbe poussera sur vos villes.

Curieusement, j’ai l’occasion de voir ce film le jour où les journaux annoncent la disparition du mathématicien Benoît Mandelbrot qui, avec sa théorie des fractales, tentait de trouver une cohérence dans des figures géométriques brisées telles que les côtes de la Bretagne ou un graphique de cours de bourse. C’est à une tâche semblable que s’attache Kiefer dans le domaine de l’art. La mer et la forêt, ses thèmes de prédilection, sont des univers de discontinuité. Le sculpteur y associe des livres. Soudain un sens est donné, mais toujours fragile et menacé.

Illustration : http://www.overyourcities.com/