A Bordeaux, l’église Saint Bruno

En bordure du quartier moderne de Mériadeck, à Bordeaux, se dresse une remarquable église baroque, Saint Bruno.

Quoi que portant des décorations baroques, la façade est plane et plutôt austère, loin de l’exubérance de celles de Raguse ou de Noto en Sicile, par exemple.

La nef est à une seule travée. La voûte en plein cintre, peinte à fresque, est illuminée par douze baies de verre blanc. À part la chaire en bois sculpté, ce qui attire l’œil, c’est le chœur dont l’espace est animé par un splendide retable de pierre et de marbres.

Le chœur de l’église St Bruno

L’église est due au Cardinal François d’Escoubleau de Sourdis (1574 – 1628), nommé évêque de Bordeaux et cardinal à l’âge de 25 ans. Personnage énergique, il se bat sur deux fronts. Administrateur des terres de l’église, il n’a de cesse de les mettre en valeur. Ceci passe par l’assèchement des marais sur l’actuel territoire de Mériadeck. Pour cela, il fait venir les religieux Chartreux, arrivés deux siècles auparavant à Bordeaux dont ils avaient asséché le quartier qui désormais porte leur nom (les Chartrons). Il construit aussi un hôpital, nommé Saint Charles en hommage à St Charles Borromée (1538 – 1584), évêque de Milan.

Le second front est idéologique. Le Cardinal de Sourdis est le deuxième évêque après le Concile de Trente, qui a mis en route la contre-réforme catholique. La réforme prêchait l’austérité et se défiait du culte des saints. La contre-réforme investira massivement dans le décorum et les images.

L’église Saint-Bruno, initialement dénommée Notre-Dame de la Miséricorde, est un condensé de cette double histoire. C’est la chapelle d’un couvent de Chartreux, dont le jardin est aujourd’hui converti en cimetière et dont les bâtiments ont disparu. C’est un monument opulent, car rien n’est trop beau quand il s’agit de célébrer la gloire de Dieu. Il est habité et animé de statues et d’images à la gloire de la Vierge Marie et des saints.

l’Ange de l’Annonciation, par le Bernin

 

L’église a été construite de 1511 à 1520. Le retable, édifié un siècle et demi plus tard, est une merveille de l’art baroque. Sa pièce centrale est une peinture de l’Assomption par Philippe de Champaigne, exécutée en 1671. À gauche et à droite de l’autel, deux magnifiques statues se font face : l’ange Gabriel et la Vierge Marie. Elles ont été exécutées vers 1622 par les Bernin, Pietro et son fils Gian-Lorenzo.

Aux côtés de statues de St Joseph et St Jean Baptiste, deux statues sont visibles par les fidèles depuis la nef : celle de St Bruno, fondateur des Chartreux et, naturellement, celle de St Charles Borromée.

Les autres curiosités de l’église sont les stalles de bois sculpté, un tableau de St Bruno en prière, du peintre français Guy François de l’école du Caravage ; et aussi, au plafond, une coupole en trompe-l’œil particulièrement réussie.

L’église St Bruno, bien qu’en centre-ville, est située entre des immeubles de bureau et un cimetière. Peu de passants s’y arrêtent spontanément. C’est pourtant l’un des plus beaux monuments de Bordeaux.

St Charles Borromée