A La Réunion, la forêt de Bélouve

Forêt de Bélouve. Photo « transhumances ».

Monter par la route au gîte de Bélouve et emprunter le sentier qui mène au Trou de Fer, constitue l’une des plus belles promenades de l’Ile de La Réunion.

 Nous traversons les villages de La Plaine des Palmistes et de Petite Plaine et nous engageons sur la route du gîte de Bélouve. Nous avons de la chance aujourd’hui : bien que nous nous trouvions dans la partie « au vent » de l’île, la plus humide, il ne pleut pas. Seule une fine couche de nuages enveloppe les deux sommets, la Fournaise et le Piton des Neiges. A mesure que la route s’élève, des paysages somptueux se révèlent à nous, falaises verticales couvertes de végétations, profondes ravines, pentes douces couvertes de fleurs, futaies de tamarins et de fougères arborescentes.

 Le gîte de Bélouve est construit près d’un belvédère d’où l’on admire le Cirque de Salazie. On se situe en aplomb du village d’Hell Bourg. La vue embrasse les « îlets » où les agriculteurs cultivent des plantes vivrières, en particulier le « chouchou » (chayotte) ; elle porte jusqu’aux montagnes qui ferment le Cirque, la Roche Ecrite, le Col des Bœufs, le Piton des Neiges et, au-delà du Cirque de Mafate, le Maïdo.

 A partir du gîte, le chemin du Trou de Fer traverse la forêt tropicale. La végétation, dominée par les tamarins et les cryptomerias, est particulièrement dense. Le sentier est souvent rendu impraticable par la pluie et la boue. Aussi a-t-il été aménagé sur des centaines de mètres avec des passerelles et des escaliers de bois recouvert de grillage. Après environ une heure et demie de marche, on arrive au Trou de Fer. Il s’agit d’un gigantesque entonnoir presque totalement fermé, sur les flancs duquel des cascades forcent un passage. Le site est le clou du tour de l’île en hélicoptère : la proximité des parois et l’à-pic de plusieurs centaines de mètres garantissent des sensations fortes. Pour le randonneur, quitter le couvert de la forêt et découvrir cet espace vertigineux est une récompense, d’autant plus prisée qu’un épais brouillard s’invite fréquemment dès la fin de la matinée.