A La Réunion, le Domaine du Grand Hazier

101214_grand_hazier.1292362645.JPG

A Sainte Suzanne, à 20km à l’est de Saint Denis de la Réunion, on visite la maison et le verger tropical du domaine du Grand Hazier (hazier signifie bosquet en vieux français). Avec cet article s’achève la série consacrée à notre voyage à La Réunion en novembre 2010.

La grande maison se trouve à l’extrémité d’une allée bordée de cocotiers au milieu de champs de canne. De magnifiques flamboyants bordent l’ancienne écurie, aujourd’hui transformée en vanillerie.

La maison elle-même, construite en 1913, est en mauvais état, malgré une première vague de restaurations il y a quelques années. D’autres travaux sont prévus après la prochaine saison des pluies. Elle permet toutefois de se rendre compte de l’architecture créole. Nous sommes accueillis par une vaste varangue (terrasse), l’une des quatre que compte la maison, une par façade. Toutes les portes sont ouvertes, y compris celle de la vaste chambre où est alitée l’ancêtre du domaine, une dame de 93 ans qui a initié les visites du domaine et se trouve maintenant grabataire. La télévision à écran plat est la seule concession à la modernité.

La visite est guidée par Joseph Chassagne, son neveu. Il nous emmène dans le bureau de son grand-père, qui acheta en 1903 ce domaine dont l’existence remonte au dix-huitième siècle. Il commente la correspondance entre celui-ci et son père alors qu’âgé de 15 ans, il partit faire ses études en métropole vers 1860. Il nous montre le registre des ouvriers agricoles pendant la première guerre mondiale : plusieurs quittent le domaine car ils sont mobilisés pour participer au conflit dans le nord de la France.

Nous visitons le verger tropical. Des mots abstraits prennent soudain la consistance de fibres, de volumes, de couleurs et de parfums : camphre, cannelle, cacao. Il y a des ananas, des manguiers, des letchis. Des bambous poussent de 40cm par jour, jusqu’à atteindre 25 mètres de hauteur. Suspendus à des lianes enroulées autour de troncs d’arbre, les jacques peuvent peser plus de 20 kg : on en fait de délicieux caris, associés à de la viande de porc fumée (boucanée). Nous découvrons des saveurs inconnues, telle celle du bilimbi, acide comme le citron. Nous humons les essences des feuilles de l’arbre « quatre épices ».

Nous sommes enivrés de sensations.

Photo « transhumances ».