A La Réunion, Mafate

photos-canon-318.1291199269.jpg

L’un des « cirques » montagneux de l’Ile de La Réunion, Mafate, n’est accessible qu’à pied ou par hélicoptère

Le Cirque de Mafate est un lieu de sensations, un endroit où l’on se sent vivre. On expérimente la plus âpre aridité et l’on se baigne dans des piscines naturelles nourries de cascades. On passe brutalement du jour « noir de lumière » (Camus, parlant du Chénoua dans « Noces à Tipasa ») à la nuit illuminée d’étoiles, et l’on glisse doucement du soleil écrasant au jeu subtil de nuages flirtant avec les crêtes et les pitons. On se cogne à un monde minéral de laves rouges et noires, on se laisse surprendre par une végétation qui s’accroche aux parois verticales et s’accumule luxuriante au creux des vallons. Entre le vacarme des hélicoptères et le silence total de la nuit, on perçoit le souffle du vent, des chants d’oiseaux et la musique des torrents au fond des ravines. Les parfums nous enveloppent, nous nous lovons dans les effluves de mimosa et des corbeilles d’or. Aux descentes abruptes succèdent de délicats chemins herbeux, vivifiés par des courants d’air chargés de douceur et porteurs de vie. Une plaine ombragée de tamarins se présente après une dure ascension sous le soleil de midi.

Le Cirque de Mafate est une société d’hommes et de femmes longtemps repliée sur elle-même, en proie à l’isolement, la misère et la consanguinité. L’aubaine du tourisme écologique survient au moment où cette population est encore sur place ; en Corse, la population de l’intérieur ayant émigré avant la première guerre mondiale, il y a eu 50 ans d’absence avant que se présente, trop tard, cette opportunité. L’Ilet de La Nouvelle, à 1.500 mètres d’altitude est devenu un lieu actif de tourisme vert, avec de nombreux gîtes dont certains proposent un confort presque hôtelier, bien que les chauffe-eau solaires ne produisent que de l’eau tiède et que les panneaux solaires ne fournissent du courant que pour des néons blafards. Il se bâtit des maisons neuves à La Nouvelle, bien que les rues du hameau ne soient pas bitumées, qu’il n’y ait pas d’autre éclairage public que le clair de lune et que la DDE ait renoncé à construire une route, peut-être dans la crainte que le désenclavement tue l’esprit de la station.

Il y a peu de sentiers en France aussi bien entretenus que ceux du Cirque de Mafate. Pour retenir les habitants sur le site, les Eaux et Forêts les emploient comme cantoniers à tailler des escaliers, sécuriser les passages dangereux, répandre des graviers sur les parties les plus fréquentées  et restaurer les chemins endommagés par les cyclones. Il y a quelques années, l’épidémie de Chikungunya avait fait péricliter l’industrie touristique. Cette année, c’est tout le contraire : le jour de notre arrivée à l’aéroport Roland Garros de La Réunion, cinq avions étaient programmés en provenance de Paris. Les gîtes et tables d’hôtes étaient réservés des semaines à l’avance. Des dizaines de randonneurs se croisaient sur les sentiers.  Le tourisme vert a de belles perspectives à La Réunion.

Photo « transhumances »