A La Réunion, Saint Gilles

photos-canon-590.1291192205.jpg

Grâce à l’hospitalité des cousines de Brigitte, Saint Gilles les Bains, à 40km au sud ouest de Saint Denis de La Réunion, est depuis trente ans notre base de vacances tropicales. On se baigne à la plage dans une eau à 28 degrés, on flâne au jardin botanique, on s’immerge dans le monde marin de l’aquarium, on se délecte d’un apéritif en mer au coucher du soleil.

La plage

La plage de Saint Gilles est une bande de sable doré miraculeusement sauvegardée de la voracité des roches noires volcaniques. Elle s’adosse à la pente qui du Grand Bénare et du Maido  n’en finit pas de plonger dans l’Océan.

Le soleil règne sur la plage de Saint Gilles. Le matin, il naît dans les Hauts. A mesure que le jour s’avance et que les nuages s’accrochent aux pentes, il s’avance vers la mer, et une course de lenteur s’engage. Généralement, le soleil esquive les nuages et brille jusqu’à rejoindre l’horizon et disparaître en un crépuscule somptueux. A midi, la luminosité est exceptionnelle, et exaspère les contrastes de couleurs, du noir de la roche à l’or du sable, du bleu profond de l’Océan au vert de la Canne, sur les hauteurs.

La plage de Saint Gilles est un lieu où alternent chaleur torride et immersions bienfaisantes. Elle est un lieu où se montrent et se regardent les corps, dans la grâce particulière des vacances tropicales.

On trouve sur la plage de Saint Gilles toutes les générations, des plus jeunes enfants à des personnes âgées. On trouve des personnes seules, des bandes de jeunes, des couples et des familles nombreuses. On trouve des français, des allemands et des italiens, des créoles et des zoreils, des vacanciers et des résidents. On y trouve toutes sortes de races et toutes sortes d’accents. Certains amateurs de plage sont déjà cuits par le soleil, d’autres se frictionnent de crème.

Sur la plage de Saint Gilles bronzent des lecteurs de Voici, d’Arlequin, de Patricia Cromwell et de littérature classique. Des jeunes jouent au volley ball et au beach ball. Au large, d’autres attendent la vague et se lancent dans la glisse en une mêlée indescriptible.

La plage de Saint Gilles sent bon les embruns. Espace de farniente, espace de rencontre, elle est aussi fenêtre ouverte sur l’Océan et sur le monde.

Le Jardin d’Eden

Le Jardin d’Eden est un parc botanique créé par l’ingénieur agronome Philippe Kaufmant il y a une quinzaine d’années. Il est la preuve que tout pousse à l’Ile de La Réunion : nous sommes dans la partie sèche de l’île, mais grâce à une irrigation abondante, la végétation est luxuriante. Il est organisé par thèmes : palmeraie, plantes médicinales, plantes odorantes, plantes tinctoriales (à l’origine de teintures)… Au fil des années, il s’est étendu. Nous découvrons cette année un rucher, dont les ruches sont habillées en cases créoles. Le jardin aquatique est arrivé à maturité, avec des roseaux deux fois la taille d’un homme et de splendides lotus.

Un jardinier nous présente  un « endormi » (caméléon) sur une branche en plein soleil. Les visiteurs pourront ainsi le photographier sans utiliser leur flash, qui peut rendre l’animal aveugle.

La promenade dans le jardin d’Eden est paradisiaque. La chaleur est atténuée par l’ombre d’arbres immenses. Les fleurs nous offrent une symphonie de couleurs. On se trouve imprégné de toute une gamme de senteurs. Brigitte photographie les feuilles de plantes exotiques, à la recherche des motifs géométriques qui inspireront son prochain tableau.

L’aquarium

La Réunion tourne le dos à l’Océan. De manière emblématique, sa voie la plus fameuse, la « route en corniche », se contente de l’effleurer de manière tangentielle. L’Ile vit pour ses îlets, ses plantations de cannes, ses cirques. L’Aquarium de Saint Gilles en est le reflet inversé. Il révèle un monde de lumière et de cavernes, construit par le corail à partir de milliers d’organismes élémentaires. La partie immergée de l’île représente cinq fois celle connue des terriens. Elle abrite des millions d’êtres vivants, de la langouste dont le mouvement coordonné des pattes tient du miracle permanent, aux balistes et poissons clown polychromes, aux requins dont la trajectoire est si pure, jusqu’aux méduses gracieuses livrées au caprice des vagues.

Le Grand Bleu

Le Grand Bleu est un bateau promenade qui peut emmener une cinquantaine de passagers. Pendant la journée, il recherche les bans de dauphins et stationne en aplomb de fonds coralliens que sa coque transparente permet d’admirer. Le soir, il propose d’admirer le coucher du soleil avec un apéritif de punch planteur, de samosas et de bonbons piment. Le soleil se couche vite à La Réunion. En l’espace d’une demie heure, l’horizon s’embrase, les nuages se vêtent de pourpre, les pentes sont caressées de rouge et d’ocre. Le retour s’effectue à la nuit tombée. Les hauts de l’île se parsèment de mille feux. La sonorisation du Grand Bleu diffuse des ségas et des maloyas.

Photo « transhumances »