A most violent year

« A most violent year », thriller de JC Chandor, met en scène la gangrène de la criminalité dans le New York des années 1980.

 La référence à une année violente pourrait s’appliquer à la France de ce début janvier 2015, traumatisée par l’attaque ignoble contre le journal Charlie Hebdo mais aussi insurgée. Mais le film de JC Chandor a pour cadre New York en 1981, année pendant laquelle y a été enregistré le plus grand nombre de crimes.

 Oscar Isaac

Négociant en fioul, Abel Morales (Isaac Newton) est un homme qui a réussi. Avec sa femme et ses petites filles, ils emménagent dans une luxueuse maison. Mais cela ne lui suffit pas. Il veut changer de dimension, acheter une installation portuaire qui lui permette de réaliser son négoce par voie maritime.

 Les difficultés s’accumulent. Un gang s’empare de camions de la compagnie, terrorise ses chauffeurs et ses vendeurs. Les concurrents sont commanditaires de ces délits, ou bien en tirent profit en rachetant les cargaisons à bas prix. Le syndicat des camionneurs n’accepte de rouler que si les chauffeurs sont armés, prenant le risque d’incidents qui peuvent couler la compagnie. Le Procureur lance une investigation pour escroquerie et fausses écritures. La banque retire son crédit.

 La loi du marché est celle du plus fort, quels que soient les moyens. La loi personnelle d’Abel, c’est celle du plus fort, le plus fort au sens psychologique et éthique. Son épouse Anna (Jessica Chastain) joue un jeu trouble : elle l’aime et le soutient, mais est persuadée que pour vaincre les obstacles et protéger la famille, il faut être réaliste et s’adapter aux pratiques du milieu.

 Le scénario est serré. Les images, pour beaucoup dans des zones industrielles désaffectées avec, en arrière-plan, le décor de terre promise de Manhattan, sont magnifiques. Mais surtout le jeu d’Isaac Newton et Jessica Chastain, est formidable de subtilité, entre séduction, doute, volonté de fer, ambigüités.

 La musique joue un rôle important dans ce film. Elle est souvent lancinante, très souvent présente, donnant à l’histoire d’Abel et Anna Morales le souffle épique d’un opéra.

Jessica Chastain, Oscar Isaac