Absurde martyre

101106_roshonara_choudhry.1289152031.jpg

Le quotidien britannique The Guardian a publié le 4 novembre les minutes de l’interrogatoire de Roshonara Choudhry au poste de police de Forest Gate, dans l’est londonien, après qu’elle eut poignardé le député travailliste Stephen Timms, le 14 mai 2010.

Il y a un an, Roshonara était une brillante étudiante en anglais et communication, en fin de cursus au King’s College de Londres. Elle vient d’être condamnée à un minimum de 15 ans de prison pour avoir tenté d’assassiner à coups de poignard le député Stephen Timms dans sa permanence. Le motif du crime : le député avait voté de manière constante en faveur de l’intervention britannique en Irak.

Que s’est-il passé entre temps ? Roshorana cherchait à s’informer sur sa religion, l’Islam, et fut captivée par les prêches d’Anwar Al-Awlaki, le leader spirituel d’El Qaida dans la péninsule arabique.  Elle téléchargea d’Internet plus de cent heures de sermons. Elle abandonna ses études par loyauté pour ses frères et sœurs musulmans de Palestine. Elle acheta trois poignards. Elle demanda un rendez-vous personnel au député Timms. Elle s’avança vers lui en souriant et lui asséna deux coups de couteau.

Elle dit : « comme Musulmans nous sommes tous frères et sœurs et nous devrions tous nous préoccuper les uns des autres ; nous ne devrions pas tourner le dos et rester les bras croisés pendant que d’autres souffrent. Nous ne devrions pas permettre que les gens qui nous oppressent s’en tirent à bon compte et pensent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent avec nous et que nous allons gober cela sans rien dire ». Elle évoque une vidéo par Sheikh Abdullah Azzam. « Il disait que quand une terre musulmane est attaquée, il devient obligatoire pour chaque homme, femme et enfant et même esclave de sortir combattre pour défendre la terre et les Musulmans ; et s’ils ne peuvent contenir les forces adverses, alors cela devient obligatoire pour les gens qui vivent plus près de ce pays ; et si ces gens refusent d’accomplir leur devoir, alors c’est au tour du peuple le plus proche, et du suivant le plus proche, jusqu’à ce que cela fasse le tour de la terre ; et il est obligatoire pour tout le monde de défendre cette terre ».

L’interrogateur demande comment elle se sent après ce qu’elle a fait aujourd’hui. « Je sens que j’ai fait ce que j’avais décidé de faire. Je sens que j’ai détruit le reste de ma vie. Je sens que ça vaut la peine parce que des millions d’Irakiens souffrent et que je devais faire ce que je pouvais pour les aider et ne pas seulement rester inactive et ne rien faire pendant qu’ils souffraient ». Elle dit qu’elle savait que, qu’elle soit arrêtée ou tuée, elle ne rentrerait pas à la maison. Elle voulait mourir, être un martyr.

Ce qui donne le plus froid dans le dos, c’est le côté solitaire de la démarche : Roshonara a absorbé seule devant son ordinateur des centaines d’heures de propagande sur Internet, puis a décidé de passer à l’acte toute seule. L’interrogateur lui demande pourquoi elle n’en a pas parlé à d’autres : « parce que personne n’aurait compris ; et de toute manière je ne voulais pas le dire à quiconque parce que je savais que si quelqu’un savait, il serait dans le pétrin car il se trouverait impliqué dans tout ce que je pourrais faire, c’est pourquoi j’ai gardé le secret. »

Pour Roshonara, la seule manière de s’engager au côté des Irakiens et des Palestiniens était de commettre un meurtre.  Qu’elle n’ait pas rencontré sur Internet des propositions d’action qui lui auraient permis de mettre en œuvre ses capacités intellectuelles et sa personnalité de manière positive et de trouver le bonheur dans une action militante constructive est navrant et absurde.

Photo de Roshonara Choudhry, The Guardian