Alceste à bicyclette

Fabrice Lucchini, Maya Sansa et Lambert Wilson dans « Alceste à bicyclette »

« Alceste à bicyclette », film de Philippe Le Guay, est une réjouissante comédie dont les toiles de fond sont le Misanthrope de Molière, l’île de Ré et le talent de deux grands acteurs, Fabrice Lucchini et Lambert Wilson.

 Serge Tanneur (Fabrice Lucchini) est un acteur précocement retraité à l’île de Ré. Brouillé avec la profession du spectacle, où il ne ressent que compromissions et trahisons, brouillé avec son propre fils, brouillé avec lui-même, il mène depuis trois ans une vie d’ermite dans une maison en ruine puant la fosse sceptique. A l’inverse, Gauthier Valence (Lambert Wilson) est l’acteur à succès d’une série télévisée ; dans la rue, les passants lui demandent des autographes.

 Gauthier rend à Serge une visite surprise. Il a le projet de monter le Misanthrope et pense que Serge, par son talent et peut-être aussi par sa misanthropie, serait idéal pour le rôle d’Alceste ou de son envers, Philinthe. Serge refuse de revenir de ses trois ans d’exil, mais, fasciné par le texte de Molière, accepte de répéter avec Gauthier. Au bout d’une semaine, il prendra sa décision.

 Serge semble reprendre goût à la vie. Il s’enflamme pour les alexandrins de Molière et pour la jolie Francesca (Maya Sansa), une italienne qui traverse un divorce douloureux. Déclamant le Misanthrope, Serge et Gauthier longent les chemins de drainage « à bicyclette », et comme dans la chanson de Montand, ils rêvent l’un et l’autre à ce qu’ils feraient, le lendemain, avec Francesca.

 Le film semble s’orienter vers un happy end. Mais l’ombre d’Alceste, le Misanthrope, plane sur les personnages…

 « Alceste à bicyclette » est dominé de la tête et des épaules par Fabrice Lucchini au point que Lambert Wilson semble faire pâle figure. A la réflexion toutefois, la domination d’un personnage par l’autre est inscrite dans le scénario : Gauthier est manipulé par Serge, qui parvient à lui instiller le doute. Il se cabre et se rebelle, mais ne peut échapper à la position d’élève que son partenaire lui impose. Finalement, jouer le mauvais acteur, lorsqu’on a le talent de Lambert Wilson, est une véritable performance.

 Le film de Philippe Le Guay avait tout pour me séduire, la littérature, la bicyclette et l’Italie. Je ferai une mention spéciale de Maya Sansa, pour qui j’avais eu le coup de foudre dans « Nos meilleures années ».