Anne Soupa, candidate comme Archevêque de Lyon

Une pétition circule actuellement en faveur de la candidature d’une femme, Anne Soupa, comme Archevêque de Lyon.

 Cette pétition a déjà recueilli près de 11 000 signatures. Elle attire d’autant plus l’attention qu’elle concerne le diocèse de Lyon, secoué par le scandale de l’inertie de la hiérarchie ecclésiastique face aux agissements pédophiles du père Preynat.

 Dans le film « Grâce à Dieu », le cinéaste François Ozon mettait en scène le combat de catholiques lyonnais, abusés par le prêtre dans leur enfance, pour libérer la parole. C’est une parole libérée qu’ose Anne Soupa en se portant candidate à la fonction d’Archevêque de Lyon.

Cardinal Barbarin

 Voici quelques extraits de sa déclaration de candidature.

 « Pourquoi je suis candidate à être archevêque de Lyon ?

« Constatant qu’en 2020, dans l’Église catholique, aucune femme ne dirige aucun diocèse, aucune femme n’est prêtre, aucune femme n’est diacre, aucune femme ne vote les décisions des synodes,

« Considérant qu’exclure la moitié de l’humanité est non seulement contraire au message de Jésus-Christ, mais porte tort à l’Église, ainsi maintenue dans un entre soi propice aux abus,

« Considérant que je ne suis ni une inconnue, ni une apparatchik de couloir, mais que j’agis dans mon Église depuis plus de 35 ans, sur le terrain, comme bibliste, théologienne, journaliste, écrivain, présidente pendant 8 ans de la Conférence des baptisé-es, et présidente actuelle du Comité de la jupe,

« Tout m’autorise à me dire capable de candidater au titre d’évêque, tout me rend légitime. Or, tout me l’interdit (…)

« Gouverner un diocèse ne requiert d’être prêtre que parce que le droit canon en a décidé ainsi. Mais la fonction d’évêque existait bien avant le droit canon ! Les Douze compagnons de Jésus n’étaient pas prêtres, Pierre était même marié. Depuis la plus haute antiquité, l’évêque (l’« épiscope ») est un surveillant, un protecteur qui observe et veille sur la cohésion et la rectitude doctrinale d’un ensemble de communautés. En quoi un laïc ne pourrait-il pas assurer cette fonction ?

Photo du film « Grâce à Dieu » de François Ozon

« Pourquoi candidater à Lyon ? Parce qu’à Lyon, quatre archevêques successifs, Mgrs Decourtray, Bilé, Balland, Barbarin, ont faili dans leur tâche première, celle de protéger leurs communautés. Les bergers ont laissé les loups entrer dans la bergerie et les prédateurs s’en sont pris aux petits. Comment aujourd’hui redonner une légitimité au corps épiscopal ? Comment les catholiques du diocèse de Lyon, laïcs et prêtres, qui aspirent tous à une parole vraie, libérée, dans une communauté soudée, pourront-ils de nouveau faire confiance ? (…)

« Ma démarche, je l’espère, sera utile pour toutes les femmes qui, aujourd’hui, sont assignées et bridées dans leur désir de responsabilités.

« Je les invite donc à candidater partout où elles se sentent appelées, que ce soit à devenir évêque ou à toute autre responsabilité qui leur est aujourd’hui interdite. »