Archange Sauvetage Résiliations

 

Tenter de sortir d’un contrat de téléphonie est une expérience kafkaïenne.

Lors de notre départ d’Espagne, nous nous étions rendu compte que nos contrats de téléphonie ne pouvaient être résiliés qu’en appelant un numéro vert accessible seulement du pays : une voie sans issue pour les abonnés ayant le mauvais goût d’aller vivre à l’étranger. Ils n’ont d’autre solution que de laisser les factures s’accumuler et d’attendre qu’une injonction de payer leur procure enfin un canal de communication viable.

De retour de vacances d’été en France, nous constatons que le connecteur du modem de notre Notebook était resté derrière nous. Par coïncidence, nous avons l’occasion d’étendre, pour un coût minime, notre abonnement de téléphone mobile chez un autre opérateur. Il faut donc résilier l’abonnement « bande large » de notre Notebook.

L’accès au service clients de l’opérateur « Three » requiert une fine navigation entre les options successives proposées par un serveur vocal. Enfin, un opérateur me pose une série de questions d’identification, m’interroge sur l’objet de ma demande, et me renvoie sur le Service Résiliations.

L’opérateur « Résiliations » me soumet de nouveau à l’épreuve de l’identification. Il s’exprime avec un fort accent indien, et la conversation n’est pas aisée. J’invente un pieux mensonge : je demande la résiliation du contrat parce que je n’en ai plus besoin – de fait, nous ne l’avons pas utilisé pendant notre séjour estival en France. Mon interlocuteur ne s’avoue pas battu : que reprochez-vous au service de Three ? Je ne reproche rien, je veux seulement résilier… Pourquoi voulez-vous résilier ? Parce que je n’en ai plus besoin… Pourquoi n’en avez-vous plus besoin ? C’est une question personnelle, je n’entends pas répondre à cette question… Pourquoi ne voulez-vous pas répondre ? Et pourquoi voudrais-je répondre à la question de savoir pourquoi je n’entends pas répondre…

C’est finalement Kafka qui me sauve. Alors que l’opérateur « Résiliations », dont le salaire est probablement indexé sur le nombre de contrats sauvés, me propose toutes sortes de formules à prix réduit, je lui assène que je ne veux qu’une chose, résilier le contrat et sortir le plus vite possible de cette situation kafkaïenne. Le mot magique laisse mon interlocuteur groggy et il jette l’éponge.

Suis-je d’ailleurs vraiment sauvé ? Je devrais recevoir d’ici un mois le solde de mon compte. Mais il est bien possible que l’Archange Sauvetage Résiliations tente un nouveau raid pour prévenir cette délivrance.

Photo « transhumances »