Automne

L’automne a mauvaise réputation. Comme saison, il annonce l’hiver. Comme métaphore, il préfigure la mort.

Pourtant, j’aime l’automne, ses couleurs, son odeur d’humus, sa fraîcheur reposante.

L’automne est connoté de mélancolie, de souvenirs enfuis, de temps compté. Le poème « Chanson d’automne » de Paul Verlaine l’explique d’une manière magistrale.

Les sanglots longs

Des violons

De l’automne

Blessent mon cœur

D’une langueur

Monotone.

Tout suffocant

Et blême, quand

Sonne l’heure

Je me souviens

Des jours anciens

Et je pleure.

Et je m’en vais

Au vent mauvais

Qui m’emporte

Deçà, delà,

Pareil à la Feuille morte.

Le poème parle donc de tristesse, de blessure, de vent mauvais, de feuille morte. Ce sont pourtant ses premiers vers qui furent choisis pour annoncer à un réseau de résistance, de manière cryptée, l’imminence du débarquement allié en Normandie, le 5 juin 1944 : une renaissance !

Je suis, moi aussi à l’automne de ma vie. Mais j’aime l’automne. J’aime l’odeur des plantes caressées par la pluie. J’aime le rougeoiement des feuilles. J’aime leur chute tout en douceur. J’aime le sol jonché de feuilles. Au fond, j’aime ma vie.