Ayubowan, « longue vie »

091214_ayubowan.1260878969.jpg

Mon amie Dominique Rousseau s’est installée au Sri Lanka cette année pour se consacrer totalement à l’association Ayubowan (longue vie) d’entraide aux Sri Lankais, qui apporte notamment un soutien à la scolarité d’orphelins dans ce pays.

Le blog de Dominique est http://longuevie2009.wordpress.com.

Voici un extrait de son blog, qui raconte des visites faites en février et août 2009.

Février 2009

Gamini nous présente en février un petit garçon, Padmasiri. Pour le rencontrer, il faut quitter la route principale, prendre une piste, puis continuer à pied sur un sentier escarpé. Il fait chaud et nous nous demandons où est la maison, pas de voisins. On entend de la musique mais où ?

Finalement nous arrivons devant une maison de terre et en faisons le tour car personne ne semblait être là.

Si, de  l’autre côté nous voyons un enfant étonné mais pas effrayé, puis une jeune fille arrive et enfin le papa.

Ce dernier est veuf et vit avec ses trois enfants. Il a des ennuis de santé et il doit prendre des médicaments qui coûtent chers. A titre personnel, nous lui donnons des roupies pour qu’il puisse poursuivre son traitement.

La maison n’a pas de meubles, il n’y a pas d’eau ni d’électricité.

La vie semble ne pas être facile pour cette famille. Ayubowan va les aider dès ce mois.

Août 2009

Nous voyons avec plaisir une arrivée d’eau. Padmasiri va bien, il nous accueille avec son beau sourire un peu timide. Le papa bavarde avec nous. Ses ennuis de santé sont dus à un accident, il est tombé du toit de sa maison qu’il consolidait.

L’enfant nous montre ses cahiers. Il va régulièrement à l’école et cela lui demande une bonne marche… Sa sœur dort le soir chez une tante, le papa reste avec ses fils. Son souhait est de mettre l’électricité dans sa maison !

Comme on peut le comprendre. Ayubowan ne peut pas prendre en charge cela mais un de ses membres l’aidera à titre personnel.

Dominique admire les animaux en terre que fait Padmasiri et elle le félicite. Lorsque nous prenons congé, l’enfant lui offre un éléphant et un sanglier. Elle ne sait si elle doit accepter que l’enfant se sépare de ses jouets, mais on lui dit qu’il en ferra d’autres, alors, un grand merci.