Balmoralité

La chaine de télévision britannique BBC4 vient de consacrer un documentaire au château royal de Balmoral, dans la région d’Aberdeen en Ecosse.

 Tel qu’il se présente actuellement, le château de Balmoral a été construit par la Reine Victoria et le Prince Albert en 1852. Victoria a laissé le souvenir d’une souveraine triste et austère. Jeune, elle était toute différente : enthousiaste, romantique, amoureuse de son mari Albert. Nous avions déjà rencontré sa trace au château d’Osborne sur l’Ile de Wight. Nourrie dès l’enfance des romans de l’Ecossais Walter Scott, elle épousa complètement une idée de l’Ecosse pure, non corrompue par la civilisation industrielle, pétrie des valeurs médiévales de chevalerie et de loyauté. Le couple royal s’employa à créer à Balmoral une sorte de paradis de conte de fées, au  point que le château semble dessiné par Walt Disney. Il est immergé dans un univers hostile de landes désertes balayées par les vents et la pluie glacés, parcourues de troupeaux de cerfs et traversées de rivières à truites.

 Il y a une éthique de Balmoral : celle d’une vie frugale au milieu de sujets simples et dévoués. La « Balmoralité » est un marqueur de la souveraine actuelle, Elizabeth II. Mais dans le passé, plusieurs personnalités royales ont raté le test de Balmoral. Edouard VIII, brièvement roi en 1936 avant de devoir abdiquer pour épouser une divorcée américaine, était un homme de la « jet-set » avant l’heure ; Balmoral lui était insupportable, et il fut impitoyablement rejeté par Balmoral. La même mésaventure advint à Diana Spencer, qui haïssait les pique-niques royaux et les promenades sous la pluie.

 La mort de Diana en 1997 illustra à l’extrême l’incompatibilité entre Londres branché, cosmopolite et financier et Balmoral,  ancré dans une Ecosse rurale, tournée vers le passé et largement fantasmée.

 Photo : château de Balmoral.