Belle-fille

Belle-fille, comédie de Méliane Marcaggi avec Alexandra Lamy et Miou-Miou dans les rôles principaux, est une agréable comédie qui joue sur les registres de la famille, du deuil et de la Corse.

 Découvrant que son mari la trompe, Louise (Alexandra Lamy) lui dérobe sa carte bancaire et le billet d’avion qui devait le conduire en Corse avec sa maîtresse. Elle est bien décidée à se venger, le temps d’un weekend, d’années de sacrifices, de grisaille conjugale et de tisanes au lit le soir.

 Dans un hôtel de luxe, elle vit une nuit de folie avec un amant de rencontre, Florent (Thomas Dutronc). Problème : au petit matin, celui-ci ne se réveille pas. Louise est prise dans l’engrenage policier. Intervient alors la mère de Florent, Andréa (Miou-Miou). Persuadée que Louise est la fiancée que son fils décédé n’a jamais voulu lui présenter, elle se dit sa belle-mère.

Anto (Jonathan Zaccaï), l’autre fils d’Andréa, convainc Louise de jouer le jeu de la belle-fille, par respect pour la douleur de la mère endeuillée et pour éviter des ennuis judiciaires. Et voici Louise engloutie par « sa » famille corse. La voilà embarquée jusqu’à la prison où est incarcéré le prêtre qui, encadré de deux surveillants pénitentiaires, célèbrera les funérailles !

 Une vraie complicité se noue entre la mamma corse et la fugueuse parisienne, et peut-être plus encore entre celle-ci et Anto, le second fils d’Andréa. Deviendra-t-elle, vraiment, belle-fille ?