Berlusconi peut revenir !

De passage à Londres pour présenter son roman « Le Cimetière de Prague » (voir « transhumances » du 28 avril 2011), Umberto Eco a rencontré le journaliste du Guardian Stephen Moss. Il n’exclut pas le retour de Berlusconi aux élections de 2013.

 « Berlusconi, dit-il, est un génie de la communication. Autrement, il ne serait jamais devenu riche. Depuis le début, il a identifié sa cible, les personnes d’âge moyen qui regardent la télévision. Les jeunes ne regardent pas la télévision, ils sont sur Internet. Les gens qui soutiennent Berlusconi sont des femmes de 50 ou 60 ans et des retraités, ce qui, dans un pays vieillissant, constitue une puissante force électorale. Même si ses fameuses gaffes sont pour vous et moi des gaffes, il est probable que pour la dame ou le monsieur de province de 60 ans, ça n’en sont pas. Son message était « payez moins d’impôts ». Quand le premier ministre dit que l’on a le droit de ne pas payer d’impôt, on est content ».

 Comment une culture aussi intellectuelle et artistique que l’Italie peut avoir élu un tel bouffon ? demande Stephen Moss. « Berlusconi était fortement anti-intellectuel, dit Eco, et il se vantait de ne pas avoir lu un roman depuis 20 ans. Il y avait  chez lui la peur que l’intellectuel soit un pouvoir critique, et dans un certain sens il y avait un affrontement entre Berlusconi et le monde intellectuel. Mais l’Italie n’est pas un pays intellectuel. Dans le métro de Tokyo, tout le monde lit. En Italie, les gens ne lisent pas. N’évaluez pas l’Italie en fonction du fait qu’elle a produit Raphaël ou Fra Angelico. »

 Umberto Eco force un peu le trait, et il est la vivante illustration du raffinement intellectuel de nombreux Italiens. Stephen Moss relève que sa bibliothèque compte plus de 50.000 livres, y compris 1.200 titres rares. Eco a appelé les livres « les couloirs de l’esprit » et coécrit récemment une lettre d’amour au texte imprimé intitulée « ce n’est pas la fin du livre ». Mais, homme pratique, il emmène sur son iPad 30 titres téléchargés, plus pratiques à lire pendant les vingt jours de sa tournée mondiale de promotion !

 Photo  The Guardian, Umberto Eco.