Bookmakers

100506_ladbrokes-bookmaker.1273182972.jpg

Les élections britanniques auront constitué une bonne affaire pour les « bookmakers » britanniques : 40 millions de sterlings de chiffre d’affaires !

Les « bookmakers » britanniques recherchent fébrilemement dans l’actualité des objets de paris susceptibles de générer du chiffre d’affaires. Le surgissement du libéral-démocrate Nick Clegg (Cleggmania) et la perspective d’un parlement suspendu (sans majorité absolue) ont suscité un intérêt inédit des parieurs. Les enjeux ont atteint environ 40 millions de sterlings cette année contre environ 10 millions en 2005.

Selon Patrick Barkham, journaliste du quotidien britannique The Guardian, on a parié sur le vainqueur dans chacune des 659 circonscriptions, sur l’existence ou non d’une majorité absolue, sur la première circonscription à déclarer ses résultats et sur de multiples autres sujets.

On a notamment parié sur la question de savoir si Gordon Brown allait virer Sue Nye. Sue est l’organisatrice de la malheureuse rencontre avec une retraitée, Gillian Duffy, qui avait évoqué une invasion d’immigrés. Ignorant qu’un micro était resté branché, le Premier Ministre s’était plaint amèrement d’avoir du rencontrer cette « bigote ». Le « Bigotgate » est resté un moment marquant de la campagne électorale.

(Photo The Guardian : un représentant du Bookmaker Ladbrokes assis à côté d’un panneau annonçant des paris pour les élections du 6 mai).