Brook met en scène Hampâté Bâ

100205_1112_1.1265452534.jpg

Peter Brook met en scène au Barbican de Londres « 11 and 12 », d’après le livre d’Amadou Hampâté Bâ sur son maître spirituel, Tierno Bokar.

En 1991 et 1994, j’avais dévoré les autobiographies d’Amadou Hampâté Bâ, « Amkoullel enfant Peul » et « Oui mon Commandant ! », puis des livres antérieurs, « l’étrange destin de Wangrin » (1971) et « vie et enseignement de Tierno Bokar, le sage de Bandiagara » (1957, réécrit en 1980). Je dois à ces livres l’une des expériences de lecture les plus merveilleuses de ma vie.

Né en 1900 ou 1901 d’une famille aristocratique de Bandiagara, la capitale du territoire Dogon au Mali, Hampâté Bâ reçut sa formation coranique d’un sage, Tierno Bokar, auprès de qui il reviendra vivre comme disciple pendant 6 mois en 1933. Requis par l’administration coloniale, il suivit ensuite une scolarité française à Bandiagara, Djenné et enfin à l’école normale de Dakar. En 1942, il entra à l’Institut Français d’Afrique Noire, dirigé par Théodore Monod. Après l’indépendance du Mali, il représenta son pays à l’Unesco et consacra sa vie à recueillir les traditions orales africaines. Il fit en 1960 sa fameuse déclaration : « en Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». Et d’une manière plus détaillée, en 1985 : « les peuples de race noire n’étant pas des peuples d’écriture ont développé l’art de la parole d’une manière toute spéciale. Pour n’être pas écrite, leur littérature n’en est pas moins belle. Combien de poèmes, d’épopées, de récits historiques et chevaleresques, de contes didactiques, de mythes et de légendes au verbe admirable se sont ainsi transmis à travers les siècles, fidèlement portés par la mémoire prodigieuse des hommes de l’oralité, passionnément épris de beau langage et presque tous poètes ! ».

« 11 and 12 », la pièce de Peter Brook a été donnée en décembre dernier dans son théâtre des Bouffes du Nord à Paris. Elle est maintenant en représentation au théâtre du Barbican à Londres, proche de la City. Au sortir d’une journée de travail, c’est une expérience déroutante. On se trouve transporté dans un continent où le temps ne compte pas, où il faut savoir respecter le silence et écouter. La transition est si brutale que l’on frise l’ennui jusqu’à ce que peu les sens s’habituent à un rythme différent et qu’on se laisse enchanter.

La communauté de Bandiagara est divisée sur une question rituelle : certains pensent qu’une certaine prière doit être répétée onze fois, d’autres tiennent pour douze. Le fanatisme religieux s’empare de la querelle qui provoque des rixes et des assassinats. Les autorités coloniales s’en mêlent et persécutent les leaders spirituels. Tierno Bokar et Cherif Hamdallah tentent de rappeler que la tolérance est un principe fondamental en Islam et que dans l’ordre Tijani, il est interdit de rester trois jours sans parler à quelqu’un sous le coup de la colère. Les fanatiques prétendent les obliger à choisir 11 ou 12 ; leur réponse est 11 et 12.

Il y a dans la pièce des scènes particulièrement réussies, comme celle dans laquelle Amadou navigue vers son destin dans une pirogue faite d’un tissu plié et tendu à deux extrémités, ou celle où Tierno et Cherif se rencontrent à trois heures du matin pour partager un long moment de méditation et quelques rares paroles. Les confrontations avec l’administration française sont de bons moments de théâtre : face à des fonctionnaires arrogants et méprisants, le sage de Bandiagara oppose une attitude respectueuse enracinée dans des siècles de grande tradition spirituelle. Les « Commandants » jouent jusqu’au bout le jeu de l’autorité et de la répression, mais Brook réussit à communiquer le sentiment qu’ils se sentent au fond de leur âme aussi désarmés que Pilate face à Jésus.

(Photo Théâtre des Bouffes du Nord, www.bouffesdunord.com)