Bruges

110207_bruges.1297109510.JPG

Bruges, « la Venise du Nord », est une ville fluide enracinée dans son passé.

Bruges était du treizième au quinzième siècle une plateforme commerciale et financière de dimension internationale. La ville se situait à l’extrémité nord d’un axe marchand qui passait par la Bourgogne et menait à Florence.  L’ensablement du canal qui la reliait à la Mer du Nord la relégua au statut de ville fantôme jusqu’à ce que le tourisme lui redonnât vie au vingtième siècle.

De son passé glorieux, Bruges a hérité des monuments magnifiques qui, de beffroi en clochers, rivalisaient en hauteur, « uniques montagnes du plat pays » selon Jacques Brel. Bruges est une ville érigée, verticale, solide et opulente.

C’est aussi une ville fluide. Elle est entourée et traversée de canaux qui, contrairement à Venise, n’ont plus de vocation utilitaire, mais qui diffusent une impression de flottement. La circulation automobile y est presque absente. Les Brugeois se déplacent sur d’immenses bicyclettes qu’ils stationnent souvent sans antivol. La ville est propre, sûre, insouciante, comme légère.  Elle est silencieuse, résonnant seulement des carillons et du piétinement des chevaux attelés aux calèches sur les pavés.

Bruges vénère la relique du Précieux Sang du Christ. Ce culte sied cette ville liquide, habitée par la légende et encline au rêve et à l’imagination.

Photo « transhumances ».