Camden Town

101101_camden.1288646747.JPG

Camden Town, un quartier au nord de la gare de St Pancras à Londres, est devenu l’une des principales attractions touristiques de Londres.

Le dimanche, on estime que plus de 100.000 personnes visitent les puces de Camden. La station de métro est fermée une bonne partie de la journée pour éviter que la foule provoque des accidents sur les quais étroits de la Northern Line.

Ce n’est pas un marché, mais plusieurs, qui se sont développés depuis les années soixante dix sur un site traversé par le Regent’s Canal, les voies de chemin de fer de la gare de Euston et celles de l’Overground. Les plus fameux se sont installés dans les entrepôts voisins des écluses (Lock Market) et dans les anciennes écuries de l’hôpital où étaient soignées les chevaux qui tiraient les péniches sur le chemin de halage (Stables Market)

Camden est le monde de l’extravagance vestimentaire, où il est possible pour peu d’argent de se constituer une garde-robe indienne, gothique ou carrément loufoque. Des centaines de boutiques proposent des mets du monde entier, que l’on savoure debout entre les stands. Des ateliers et galeries d’art se sont installés. Certains vendent des objets de pacotille, mais d’autres profitent de l’effet de la mode pour s’adresser à une clientèle « posh » (élitiste).

Visiter Stables Market procure une vraie expérience sensorielle. On piétine, on se bouscule, on tâte les tissus et les objets. On y admire des sculptures de chevaux, des cariatides, des statues de divinités. On cligne des yeux au faisceau des projecteurs. On savoure des samossas, des nems et des loukoums. On est assourdi par les musiques diffusées à tue-tête, les boniments des vendeurs et la rumeur de la foule. On est enivré par les fumets de cuisine et les émanations des lampes à parfum.

Photo « transhumances ». Stand de restauration en plein air à Lock Market, Camden Town.