Cameron en Cassandre

Le Premier Ministre britannique David Cameron et le Chancelier de l’Echiquier George Osborne multiplient les mises en garde : les Britanniques doivent se préparer au pire.

 Le caricaturiste Chris Riddle exprime bien leur position. Alors qu’une partie croissante de l’opinion demande une pause dans les coupes budgétaires afin de sauver la croissance, George Osborne affirme : « nous avons un plan B : rejeter la faute sur l’Europe ».

 La situation dans l’Eurozone est dangereuse, affirment Cameron et Osborne. Le pire peut arriver et il faut s’y préparer.

 Cette position a pour les leaders conservateurs plusieurs avantages. Elle les pose en politiciens clairvoyants et responsables. Il est certain que la situation demeure dangereuse : la cure d’austérité imposée à la Grèce et à l’Italie menace leur croissance, leurs recettes fiscales et leurs chances de réduire la dette publique. Nul ne sait où peut mener cette spirale infernale, et il faut s’y préparer.

 Ils exonèrent leur responsabilité de la stagnation, et peut-être de la récession à venir de l’économie britannique, en imputant la faute aux irresponsables du Continent.

 Ils donnent un gage à la majorité anti-européenne du Parti Conservateur : pas question de venir en aide aux autres Etats de l’Union Européenne, puisque le gouvernement britannique est blanc comme neige.

 Ils valident leur propre politique : puisque les investisseurs dictent leur volonté et défont les gouvernements, il est meilleur de prendre les devants et de s’imposer à soi-même une cure d’austérité au lieu de se la faire dicter par les marchés.

 Politiquement, c’est un bon calcul à court terme. Mais en renforçant un parti pris « nous contre les autres », Cameron et Osborne prennent un risque. Dans une récente conférence à Londres, Alain Minc prédisait, au scandale du public, l’entrée de la Grande Bretagne dans l’Euro. Il y a des arguments pour cela : la livre sterling est devenue une petite devise, qui pèserait peu sur les marchés si les spéculateurs l’attaquaient ; la position « dedans – dehors » du gouvernement britannique en Europe est dommageable aux intérêts du pays, puisqu’ils ne participent pas à certaines décisions cruciales en Europe et laissent la direction au binôme franco-allemand alors qu’un triangle incluant la Grande Bretagne aurait du sens.

 Au lieu de creuser les divisions, le Gouvernement britannique aurait peut-être intérêt, dans une perspective d’avenir, à laisser davantage ouverte ses options.

 Illustration : « Down to the Greenhouse », caricature de Chris Riddle, The Observer, 13 novembre 2011.