Cocktail à Londres

101109_cocktail.1289752555.JPG

Etre invité à un cocktail professionnel à Londres offre une plongée dans la culture anglaise. C’est étonnant et jouissif !

Andrew célèbre son quarantième anniversaire dans l’assurance-crédit. Il a invité les personnes avec qui il a travaillé pendant sa longue carrière, dans l’agence publique de garantie des exportations puis dans des sociétés de courtage, ainsi que des souscripteurs de risques dans des compagnies d’assurance et même des courtiers concurrents. C’est une nouvelle illustration de ce trait si fort de la culture professionnelle en Grande Bretagne : les personnes bougent facilement d’une entreprise à une autre et la communauté de métier est presque plus forte que le lien qui unit les salariés d’une même compagnie.

Les discours du président non-exécutif de la compagnie dirigée par Andrew, puis celui d’Andrew lui-même, sont des merveilles d’humour anglais où l’on pratique l’autodérision de manière d’autant plus outrancière qu’entre les lignes se lit une hagiographie en bonne et due forme.

C’est la participation du public qui frappe. Parfois, quelqu’un place une remarque en contrepoint du discours. Le plus souvent, le propos est accompagné d’onomatopées, « ah ! », « oh ! », semblable aux bruitages faits par les députés à la Chambre des Communes.

J’ai il y a quelques semaines évoqué les dernières paroles que Claire Rayner, la journaliste du cœur récemment décédée, aurait aimé prononcer : « dites à David Cameron que s’il étrangle mon cher NHS (le service national de santé) je reviendrai et le hanterai de mauvaise manière. » Quelques jours plus tard, un député travailliste impertinent profita des questions au Premier Ministre pour lui demander ce qu’il pensait du possible retour du fantôme de Claire. Pendant ce temps les « backbenchers » (députés de base) se livraient à cœur joie à des hululements dignes d’Halloween.

Les esprits chagrins décrieraient un comportement potache. Mais tout est tellement au second degré, dans le refus de se prendre au sérieux, qu’on éprouve un immense plaisir.

Au cours de la soirée, j’ai découvert qu’Andrew n’est pas seulement une figure du monde de l’assurance crédit britannique et européenne, mais un musicologue renommé, spécialiste du compositeur Elgar. Il ne faut décidément pas prendre au premier degré la légèreté du propos et l’autodérision !

Andrew a terminé par une blague, naturellement. Lorsque Gordon Brown inaugura le nouveau siège de Lehman Brothers il y a quelques années, il aurait dit : « ce que vous avez fait pour la City, je le ferai pour la Grande Bretagne ! » Andrew complimentait Gordon pour avoir accompli sa promesse !

Photo transhumances.