Convalescence

100623_convalescence.1277739689.JPG

Tim Lusher raconte dans le quotidien britannique The Guardian (22 juin) son expérience d’une maladie, un abcès au cervelet, qui a failli le tuer, et d’une longue convalescence.

« Avoir une maladie catastrophique (le terme me donne un léger frisson) est une expérience intéressante, si elle n’a pas raison de vous, bien que vous ne souhaiteriez pas la vivre. Vous apprenez beaucoup : sur vous-même, sur vos amis, votre famille et vos collègues, ce qui a de l’importance et ce qui n’en a pas. Mais surtout vous apprenez sur le travail de la maladie et de la convalescence. Si vous êtes le type de personne qui n’a jamais eu à faire qu’avec des rhumes et des coupures, des intoxications alimentaires et le méchant virus qui vous envoie au lit pendant une semaine de prostration, ce qui vous frappe le plus est le rythme glacial de la récupération. Vous dérivez pendant des semaines faites de jours en apparence sans changement, avec seulement quelques tout petites améliorations. (…) Un survivant du cancer m’a dit que la guérison ne marche pas en ligne droite. Je pense à elle maintenant comme à un graphe de valeurs boursières après le krach : la ligne de la santé remonte de la dépression en dents de scie inégales, douloureusement lentes, elle reste sur un plateau et retombe. Regardez les semaines et vous désespérez. Il n’y a qu’un graphe sur l’année qui montre une image positive.

Ce qui aide, c’est d’entendre comment d’autres ont géré leur situation et ont triomphé. Je vois le handicap partout maintenant, alors qu’auparavant je le faisais à peine. Je scrute les personnes dans la rue pour voir comment elles se débrouillent avec les obstacles et si elles masquent leurs difficultés, comme j’ai appris à le faire. »

Photo « transhumances ».