De rouille et d’os

France 2 a récemment diffusé « de rouille et d’os », film de Jacques Audiard (2012).

Stéphanie (Marion Cotillard) est chef de l’équipe de dresseurs d’orques dans un parc aquatique de la Côte d’Azur. Ali (Matthias Schoenarts) vient se réfugier chez sa sœur avec son petit garçon de 5 ans après une rupture sentimentale. Il trouve du travail dans une agence de sécurité. Videur dans une boîte de nuit, il raccompagne Stéphanie chez elle à la suite d’une échauffourée. Il lui laisse son numéro de téléphone à tout hasard, si elle en a besoin.

141130_De_rouille_et_d-os6

Or, voilà qu’elle a besoin d’aide, Stéphanie. Elle a été amputée des deux jambes au-dessus des genoux, suite à un accident dans le bassin des orques. Ali a bon cœur. Il amène Stéphanie sur la plage, et grâce à lui elle peut nager de nouveau. Il lui demande le plus naturellement du monde si elle veut vérifier avec lui que le sexe marche encore, et elle veut bien. Grâce à lui, Stéphanie reprend peu à peu goût à la vie.

Ali a un bon fond, mais brusquement c’est un être frustre et bagarreur, qui traite son petit garçon et a peu d’égards pour ses proches. Stéphanie a dépassé le stade où elle a besoin d’un homme, que ce soit Ali ou un autre. Elle attend de lui des manières, de la considération. Ali est incapable de les lui donner, jusqu’au jour où son petit garçon manque de se noyer dans un lac gelé, comme Stéphanie a manqué de se noyer dans le bassin des orques.

« De rouille et d’os » est un beau film qui parle de la résilience à des catastrophes personnelles, de la douceur et de la brutalité, des rôles masculin et féminin.

141130_De_rouille_et_d-os5

Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts