Deux frères

101001_miliband-brothers_3.1294484843.jpg

En Grande Bretagne, Ed Miliband a été élu leader du Parti Travailliste au terme d’une compétition acharnée avec son propre frère ainé, David.

L’élection d’Ed Miliband, 41 ans, a surpris les observateurs. La plupart des délégués présents à la conférence du Parti Travailliste de Manchester étaient en faveur de son ainé. Il doit sa désignation au collège d’électeurs issus des syndicats, ce qui a donné aux médias conservateurs l’occasion de fustiger « Ed le rouge ».

Samedi après-midi 25 septembre, les partisans de David se sont trouvés comme sidérés par l’éviction de leur héros. Il flottait comme un air de trahison : comment le cadet avait-il eu l’insolence de fouler aux pieds le droit d’ainesse ? On respirait aussi un parfum de parricide : c’est Blair et le Nouveau Labour qui rejoignaient soudain les caveaux de l’histoire. Certains délégués reprenaient le train pour Londres. Le Daily Mirror n’hésitait pas à évoquer Caïn et Abel.

Mardi après-midi 28 septembre, Ed prononça son premier discours de leader, optimiste, équilibré, reconnaissant les erreurs du passé telles que la guerre d’Irak et la torture des terroristes, réaffirmant les valeurs du Labour et le respect des dynamiques de l’économie. David annonçait son intention de prendre du recul et de ne pas participer aux instances dirigeantes du Parti afin de laisser son frère prendre toute sa place.

Le destins croisé d’Ed et de David est exceptionnel. Fils d’un universitaire marxiste né à Bruxelles de parents juifs polonais, les deux frères ont grimpé ensemble dans la hiérarchie du Parti Travailliste dans l’ombre de Tony Blair et de Gordon Brown. Leur affrontement dans le soleil brûlant du pouvoir semble faire écho aux grandes tragédies grecques.

Photo The Guardian : Ed et David Miliband s’embrassent après la désignation d’Ed au poste de leader du Parti Travailliste.